Skip to contentSkip to navigation
COVID-19 : Nous sommes ouverts. Certains services sont modifiés. Port du masque obligatoire. Détails au biron.com/fr/coronavirus

Chlamydia (PCR) urine

L’infection avec la bactérie Chlamydia trachomatis est l’ITSS (MTS) à déclaration obligatoire la plus fréquente au Québec. Elle est très souvent asymptomatique et, non traitée, peut entrainer des complications touchant les organes génitaux et la fertilité.

La technique de dépistage utilisée (PCR ou TAAN) est basée sur la détection de l’ADN ou ARN de la bactérie après amplification. Les résultats sont généralement positifs environ 2 semaines après infection. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsque les tout premiers millilitres d’urine sont recueillis sans désinfection préalable chez la femme, avec ou sans désinfection chez l’homme, après au moins une heure sans uriner. Un prélèvement vaginal ou endocervical peut être plus approprié chez la femme qui doit également subir un examen gynécologique.

Un résultat positif (réactif) indique la présence d’une infection active avec la bactérie. Un résultat négatif (non-réactif) indique seulement l’absence probable d’infection au moment du prélèvement. Il est pertinent de revérifier régulièrement toute infection ou réinfection chez les individus plus à risque. Si vous êtes infecté(e), il est important que votre ou vos partenaires sexuels soient également traités. Certains spécimens produisent des résultats plus difficiles à interpréter. Ces résultats sont identifiés comme « équivoque », « inhibition », « ininterprétable » ou « indéterminé ». L’analyse doit alors être reprise sur un nouveau prélèvement.

Biron se démarque

Détection moléculaire de la chlamydia et de la gonorrhée*.

  • Résultats accessibles en 24 heures.
  • Accélère la prise en charge.
  • Frais remboursés par la plupart des assureurs.

*Une ordonnance d’un médecin est nécessaire.


Mot de la semaine

Zone chaude

Une zone chaude, ou zone rouge, est une section d’un établissement (parfois un établissement en entier ou même le quartier d’une ville) où l’on retrouve un grand risque de contamination par des patients atteints d’une maladie infectieuse. Tout le personnel soignant pénétrant dans une zone chaude doit utiliser des mesures de protection appropriées. Par comparaison, on utilise les termes « zone froide » et « zone tiède » pour désigner respectivement les secteurs où l’on ne retrouve aucun individu infecté ou seulement des individus suspectés d’avoir une infection.

C