Skip to contentSkip to navigation

Chlamydia (PCR) urine

L’infection avec la bactérie Chlamydia trachomatis est l’ITSS (MTS) à déclaration obligatoire la plus fréquente au Québec. Elle est très souvent asymptomatique et, non traitée, peut entrainer des complications touchant les organes génitaux et la fertilité.

La technique de dépistage utilisée (PCR ou TAAN) est basée sur la détection de l’ADN ou ARN de la bactérie après amplification. Les résultats sont généralement positifs environ 2 semaines après infection. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsque les tout premiers millilitres d’urine sont recueillis sans désinfection préalable chez la femme, avec ou sans désinfection chez l’homme, après au moins une heure sans uriner. Un prélèvement vaginal ou endocervical peut être plus approprié chez la femme qui doit également subir un examen gynécologique.

Un résultat positif (réactif) indique la présence d’une infection active avec la bactérie. Un résultat négatif (non-réactif) indique seulement l’absence probable d’infection au moment du prélèvement. Il est pertinent de revérifier régulièrement toute infection ou réinfection chez les individus plus à risque. Si vous êtes infecté(e), il est important que votre ou vos partenaires sexuels soient également traités. Certains spécimens produisent des résultats plus difficiles à interpréter. Ces résultats sont identifiés comme « équivoque », « inhibition », « ininterprétable » ou « indéterminé ». L’analyse doit alors être reprise sur un nouveau prélèvement.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C