Skip to contentSkip to navigation

Noix de cajou

Le test F202 de Phadia permet la détection dans le sang des IgE (anticorps) responsables des réactions allergiques souvent très sévères aux noix de cajou (cashews). La noix de cajou présente des allergènes communs avec d’autres noix (pistache, noix de Grenoble, noisette) entraînant des allergies croisées. Le tableau d’interprétation qui accompagne le résultat exprime la probabilité d’une réaction allergique aux noix de cajou, mais pas nécessairement la sévérité de cette réaction. L’histoire de cas (symptômes, relation avec les repas, etc.) et l’examen clinique par le médecin sont essentiels pour obtenir une interprétation fiable des résultats.

Un résultat négatif d’IgE anti-noix de cajou (<0,35 kU/L) indique que la noix de cajou n’est probablement pas responsable des symptômes rapportés par la personne, mais NE PERMET PAS D’ÉLIMINER COMPLÈTEMENT CETTE POSSIBILITÉ. Tous les résultats tant positifs que négatifs doivent être interprétés en tenant compte de l’histoire de cas. Le test de provocation orale à double insu demeure la technique définitive pour confirmer ou pas une allergie alimentaire. Dans certains cas particuliers, la détection des IgE anti-Ana o3 par allergologie moléculaire peut aider à établir une allergie primaire (plutôt que croisée) aux noix de cajou. À l’inverse de l’allergie au lait et au blanc d’œuf dont guérissent de nombreux enfants en grandissant, l’hypersensibilité aux noix de cajou persiste.

Mot de la semaine

Créatine kinase MM (CK-MM)

La CK (créatine kinase) est une enzyme présente dans plusieurs tissus, dont les muscles et le cœur. Selon le tissu, différentes formes de la CK sont présentes : la CK MM est présente surtout dans les muscles squelettiques, la CK MB représente 30 % de la CK provenant du cœur tandis que la CK BB provient du cerveau et des muscles lisses dont ceux de la paroi intestinale. Des formes atypiques de la CK (macro CK1 et macro CK2) peuvent également être présentes. L’électrophorèse de la CK est surtout utile lorsque des atteintes musculaires ou cardiaques ne semblent pas responsables de l’élévation du taux de la CK totale.

C