Skip to contentSkip to navigation

Culture des sécrétions vaginales

Les trois causes les plus fréquentes des pertes vaginales sont les infections ou vaginoses bactériennes, les infections à levure aussi appelées « candidoses » et les infections à trichomonas. La culture des sécrétions vaginales permet de diagnostiquer les deux premières de ces trois conditions. La présence de trichomonas n’est pas détectée par cette analyse et doit faire l’objet d’une recherche distincte.

La culture des sécrétions vaginales est rapportée comme « positive » lorsqu’il y a présence de levures. Dans plus de 90 % des cas, la levure sera Candida albicans. Les autres types de levure comme Candida glabrata, ou Saccharomyces cerevisiae sont regroupés sous l’appellation « levures autres que Candida albicans ». La culture est rapportée comme « négative » lorsqu’il n’y a pas croissance de levures (après 48 heures de culture) et que seule une flore vaginale normale composée de lactobacilles est observée. Une « flore vaginale altérée » signifie que les lactobacilles sont absents. Les cultures *** indiquent une vaginose bactérienne, le plus souvent dues à une surabondance de Gardnerella vaginalis. Les autres éléments du rapport (globules blancs, cellules épithéliales) aident à confirmer la nature des observations. Lorsque présentes, les « clue cells » (cellules vaginales tapissées d’un grand nombre de bactéries) confirment une vaginose bactérienne.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D. 

C