Skip to contentSkip to navigation

Ferritine

La ferritine est une protéine de mise en réserve du fer dans les tissus. Les petites quantités de ferritine qui s’échappent des cellules sont un reflet des réserves totales de fer disponibles pour la synthèse de l’hémoglobine. Les taux de ferritine sont interprétés en tenant compte d’autres tests (fer sérique, transferrine, TIBC, saturation du fer, hémoglobine, hématocrite).

Les taux de ferritine sont abaissés lorsque les réserves en fer sont insuffisantes parfois même avant l’apparition des signes et symptômes cliniques. Un taux abaissé de ferritine constitue le meilleur indicateur de la déficience en fer.

Les taux de ferritine sont élevés chez les individus souffrant d’hémochromatose, une maladie héréditaire relativement fréquente causée par une absorption accélérée du fer dans l’intestin. Le fer en excès se dépose dans les tissus dont le foie, le pancréas et d’autres organes entraînant des problèmes de fonctionnement. Des taux de ferritine élevés sont également observés chez les individus polytransfusés ou encore souffrant d’inflammation, maladies du foie, infections chroniques, maladies autoimmunes et certains types de cancer. Quand des organes contenant de la ferritine sont endommagés (foie, rate, moelle osseuse), ils peuvent relâcher des quantités importantes de ferritine dans le sang. Dans ce cas, le taux sanguin de ferritine sanguin ne reflète pas adéquatement les réserves en fer.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C