Skip to contentSkip to navigation
La pharmacogénomique (PGx) pour les médecins et autres professionnels de santé

La pharmacogénomique (PGx) pour les médecins et autres professionnels de santé

Faites des choix cliniquement informés et réduisez les essais-erreurs grâce aux tests pharmacogénomiques

Le test pharmacogénomique de Biron analyse des variants génétiques qui influencent les effets des médicaments utilisés pour les problèmes de santé mentale, le TDAH et la gestion de la douleur.

Ce test d’ADN vous permet de personnaliser les choix et les doses de plus de 140 molécules selon les résultats génétiques du patient.

Accréditations et certifications

Notre laboratoire est certifié CAP – College of American Pathologists

Notre laboratoire est certifié CAP – College of American Pathologists

Nos systèmes ont reçu l’accréditation Soc2 Type II

Nos systèmes ont reçu l’accréditation Soc2 Type II

Qui peut prescrire et bénéficier des tests PGx?

Qui peut prescrire et bénéficier des tests PGx?

  • Médecins omnipraticiens et spécialistes
  • Pharmaciens
  • Infirmières praticiennes spécialisées

Pourquoi prescrire un test pharmacogénomique à votre patient?

Le bien-être de vos patients est important, mais le chemin de la guérison peut être entravé par un processus d'essais et d'erreurs qui n'est pas adapté aux caractéristiques individuelles de vos patients [1]. La pharmacogénomique est un outil qui permet de faire des choix plus informés.

L’utilisation de la pharmacogénomique contribue à réduire l'incidence des effets indésirables des médicaments et à augmenter l'efficacité des traitements [2,3].

Le test pharmacogénomique est recommandé par le CANMAT lors d’une réponse sous-optimale à un antidépresseur initial.

2 patients sur 3 ne seront pas en rémission de leur dépression majeure après le 1er antidépresseur. [3]
La pharmacogénomique augmente de 41 % les chances de rémission pour le trouble dépressif majeur. [2] (Méta-analyse de 13 essais contrôlés randomisés)

La pharmacogénomique (PGx), un atout majeur pour votre pratique

Limite la prescription de traitements inefficaces

Déterminez, selon le métabolisme lent ou rapide du patient, quel médicament et quel dosage seront les plus appropriés.
Limite la prescription de traitements inefficaces

Guide vos choix de traitement

Identifiez les médicaments dont la probabilité de réponse est plus ou moins élevée selon le profil génétique du patient.
Guide vos choix de traitement

Identifie les prédispositions aux effets secondaires

Améliorez le bien-être de vos patients en leur prescrivant le médicament et le dosage qui limitera les effets secondaires.
Identifie les prédispositions aux effets secondaires

Favorise la gestion des cas complexes

Ajustez plus facilement les traitements plus lourds pour les patients ayant des maladies complexes.
Favorise la gestion des cas complexes

Quels gènes sont testés par les tests pharmacogénomiques de Biron?

Le test PGx de Biron identifie des variants génétiques communs et rares pour diverses origines ethniques, ce qui augmente les chances d’obtenir des données cliniques pertinentes pour vos patients.

Quels sont les médicaments couverts par le test PGx de Biron?

Découvrez la liste des 145 médicaments couverts par nos tests pharmacogénomiques ici.

Rapport de test pharmacogénomique : un outil essentiel validé cliniquement

  • Révision des lignes directrices cliniques. Nous référençons et intégrons dans le rapport toutes les lignes directrices cliniques revues par des pairs.
  • Co-créé avec des médecins psychiatres. Nous avons co-créé le rapport avec les médecins psychiatres en proposant un format intuitif qui détaille les prédispositions du patient aux effets des médicaments en trois catégories: 1) exposition, 2) efficacité, 3) effets indésirables.
  • Moins de faux négatifs. La liste des variants testés est la plus complète au Canada en pharmacocinétique et pharmacodynamique afin d’offrir moins de faux-négatifs que les autres tests pharmacogénomiques pour les problèmes de santé mentale et la gestion de la douleur.
  • Tous les allèles sont testés. Nous testons tous les allèles clés identifiés dans le “ Minimum, evidence-based genetic testing panel” pour la psychiatrie et recommandés par l'Association de pathologie moléculaire (AMP, niveau 1).
  • Recommandations fondées sur des preuves cliniques. Nous apportons de la transparence sur l’origine des recommandations pharmacogénomiques qui sont soutenues par une littérature fondée sur des preuves cliniques.

Comment prescrire un test pharmacogénomique à votre patient?

Étape 1 : Compléter l’ordonnance

Remplir l’ordonnance et la remettre au patient.

Étape 2: Obtenir la trousse de prélèvement

Les patients peuvent commander leur kit de test en ligne ou vous pouvez leur offrir la possibilité de se procurer le test directement à votre clinique. Contactez-nous pour cette option.

Étape 3: Faire le prélèvement et l’envoyer au laboratoire

Le patient procède au prélèvement de salive en suivant les instructions incluses dans la trousse. Il retourne l’échantillon, l’ordonnance et le consentement (s’il y a lieu) par la poste en utilisant l’enveloppe fournie.

Étape 4: Consulter le rapport

Une notification courriel est envoyée dès que les résultats sont prêts (environ 5 jours ouvrables après la réception de l’échantillon). Consulter le rapport directement sur le portail de Biron. Le patient a également accès à ses résultats sur le portail.

Ressources pour les professionnels de la santé

Voici les ressources en ligne disponibles pour soutenir votre pratique, de la prescription du test à l'interprétation du rapport

Pour en savoir plus sur les tests pharmacogénomiques, contactez l’équipe de Biron Génétique.

Questions fréquentes

Obtenez les réponses à vos questions dans la FAQ ou écrivez-nous au genetique@biron.com pour toute autre question.

Sources3
  1. Van Schaik RHN, Müller DJ, Serretti A and Ingelman-Sundberg M. (2020) Pharmacogenetics in Psychiatry: An Update on Clinical Usability. Front Pharmacol 11:575530.
  2. Brown et al. (2022) Clin Pharmacol Ther 112(6):1303-1317.
  3. Trivedi et al. (2006) Am J Psych 163, 28-40.