Skip to contentSkip to navigation
p24, anti-VIH 1/2

VIH

La détection du VIH (virus de l’immunodéficience humaine ou virus du sida) par technique de quatrième génération combine la détection d’une protéine du virus (antigène p24) et la recherche d’anticorps produits par l’organisme en réponse à la présence des deux principaux groupes du virus (VIH 1 et VIH 2).

Un résultat négatif pour la combinaison anti-VIH 1/2 et p24 ne permet pas d’exclure définitivement la présence d’une infection à VIH. Un résultat négatif indique cependant qu’il n’y avait pas d’évidence de maladie au moment du test. La répétition (au moins annuelle) du test demeure recommandée chez certains groupes d’individus à risque plus élevé.

La plupart des individus infectés devraient produire des résultats positifs en 2 à 3 semaines. Plus de 95 % des spécimens devraient être positifs en 6 semaines et 99 % positifs après 12 semaines. Il reste une faible possibilité que des résultats faussement négatifs soient obtenus si les prélèvements ont été effectués trop tôt après l’infection. Tous les résultats positifs obtenus avec la technique de dépistage anti-VIH 1/2 et p24 doivent obligatoirement être confirmés par une technique plus complexe (immunobuvardage de type western) effectuée seulement par le Laboratoire de Santé publique du Québec (LSPQ) avant qu’un résultat « positif » confirmé ne soit émis.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D. 

C