Skip to contentSkip to navigation

Bilan thyroïdien (en cascade ou complet)

La thyroïde, située à la base du cou, fabrique la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3), deux hormones importantes contenant de l’iode. La T4 et la T3 stimulent la croissance du squelette, du tissu nerveux et des cellules sanguines, favorisent le métabolisme des nutriments et la production de chaleur, et bien d’autres choses encore. Leur production est régie par la TSH, une hormone de l’hypophyse, petite glande située à la base du cerveau. La sécrétion de TSH par l’hypophyse est modulée par des facteurs liés aux besoins de l’organisme et surtout aux taux de T4 et de T3 en circulation dans le sang. Lorsque les taux de T4 et de T3 sont trop bas pour répondre aux besoins de l’organisme (hypothyroïdie), l’hypophyse réagit en sécrétant plus de TSH afin de surstimuler la thyroïde. Dès que les taux de T4 et de T3 sont rétablis, la sécrétion de l’hypophyse revient à la normale. À l’inverse, si les taux de T4 et de T3 sont trop élevés (hyperthyroïdie, surmédication), l’hypophyse stoppe complètement la production de TSH.

Le bilan thyroïdien comprend le dosage de la TSH, de la T4 et de la T3, réalisés parfois d’emblée (bilan complet), parfois en cascade (TSH en premier, puis T4 et T3 seulement lorsque la TSH est anormale). Le bilan thyroïdien permet de déceler la plupart des anomalies touchant la thyroïde ou la sécrétion de TSH par l’hypophyse. (Voir également les rubriques concernant la TSH, la T4 libre, la T3, la thyroglobuline, les anticorps anti-thyroperoxydase (anti-TPO) et les anticorps anti-thyroglobuline.)

Mot de la semaine

Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable se caractérise par des douleurs à l’intestin, ainsi que des ballonnements, des flatulences et des diarrhées. Les déclencheurs sont souvent les mêmes que pour la dyspepsie, et les douleurs sont provoquées par la vitesse à laquelle les aliments progressent dans le côlon (trop lente ou trop rapide).

C