Skip to contentSkip to navigation
COVID-19 : Nous sommes ouverts. Certains services sont modifiés. Port du masque obligatoire. Détails au biron.com/fr/coronavirus

Cellule juvénile, forme jeune, métagranulocyte, neutrophile non segmenté

Métamyélocytes

Les métamyélocytes (cellule juvénile, forme jeune, métagranulocyte, neutrophile non segmenté) constituent, avec les myélocytes et les promyélocytes, des précurseurs des neutrophiles, la classe la plus importante de globules blancs. Ces neutrophiles immatures se retrouvent normalement uniquement dans la moelle osseuse. Dans le sang, ce sont les métamyélocytes qui sont le plus souvent observés, accompagnés de quelques myélocytes. L’observation de promyélocytes est très rare et souvent signe d’un cancer du sang. Les résultats sont exprimés en nombre (#) de métamyélocytes (cellule juvénile, forme jeune, métagranulocyte, neutrophile non segmenté) et plus utilement en ratio de métamyélocytes (fraction des globules blancs constituée de métamyélocytes).

La présence transitoire d’une fraction de précurseurs de neutrophiles (surtout métamyélocytes et quelques myélocytes) inférieure à 0,05 (5 %) des globules blancs est généralement bénigne et peut se retrouver dans une infection, pendant la grossesse ou pendant la stimulation de la moelle osseuse pour corriger une anémie ou sortir d’une phase d’aplasie médullaire (très faible production de globules blancs, globules rouges et plaquettes par la moelle osseuse). La présence d’une fraction de l’ensemble des précurseurs supérieure à 0,10 (10 % des globules blancs) signale plus probablement un syndrome myéloprolifératif (leucémie myéloïde chronique, etc.). La présence à la fois de précurseurs des neutrophiles et des globules rouges (globules rouges nucléés, dacrocytes, etc.) peut signaler, entre autres, un envahissement de la moelle osseuse par de la myélofibrose ou par des métastases.

Mot de la semaine

Zone chaude

Une zone chaude, ou zone rouge, est une section d’un établissement (parfois un établissement en entier ou même le quartier d’une ville) où l’on retrouve un grand risque de contamination par des patients atteints d’une maladie infectieuse. Tout le personnel soignant pénétrant dans une zone chaude doit utiliser des mesures de protection appropriées. Par comparaison, on utilise les termes « zone froide » et « zone tiède » pour désigner respectivement les secteurs où l’on ne retrouve aucun individu infecté ou seulement des individus suspectés d’avoir une infection.

C