Skip to contentSkip to navigation
A1AT, AAT, alpha-1-antitrypsine

A-1-antitrypsine

L’alpha-1-antitrpysine (α-1-AT) est une protéine qui protège les poumons et le foie de dommages qui pourraient être causés par l’activation d’enzymes capables de détruire les cellules, un mécanisme normal de défense de l’organisme. Les taux d’ α-1-AT sont déterminés par deux copies d’un gène, chacune étant responsable de la synthèse de la moitié de l’α-1-AT disponible. Des taux génétiquement abaissés d’ α-1-AT à moins de 30% de la valeur normale peuvent donc être accompagnés d’emphysème pulmonaire ou de cirrhose du foie précoces. Des taux abaissés peuvent également être observés dans des situations qui entraînent une baisse de toutes les protéines sériques comme les maladies rénales, la malnutrition et certains cancers.

L’alpha-1-antitrypsine est une « protéine de phase aiguë ». Son taux sera donc augmenté, entre autres, dans des conditions inflammatoires aiguës ou chroniques, des infections et certains cancers. Ces augmentations de phase aiguë pourraient masquer temporairement un taux par ailleurs génétiquement abaissé de la protéine.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C