Skip to contentSkip to navigation
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.
IgM anti-HBc

Anti-HBc IgM

Les anti-HBc (IgG et IgM) constituent la première réponse de l’organisme à une infection par le virus de l’hépatite B (VHB). Ces anticorps sont dirigés contre une partie du VHB appelée « core ». Les IgM anti-HBc apparaissent peu de temps après les symptômes et l’apparition de l’HBsAg, durent de 4 à 8 mois (parfois jusqu’à 2 ans) puis sont remplacés par les IgG anti-HBc. Les IgM anti-HBc s’interprètent en tenant compte entre autres des résultats de l’HBsAg et l’anti-HBs.

Un IgM anti-HBc négatif peut indiquer soit qu’il n’y a pas d’infection récente ou ancienne au VHB (HBsAg, anti-HBs et IgG anti-HBc négatifs), soit que l’individu est dans la phase aiguë de la maladie et n’a pas commencé à se défendre ou encore que le virus s’est réactivé chez un porteur chronique. Les IgM (et IgG) anti-HBc seront également négatifs chez un individu vacciné avec succès (anti-HBs positif/HBsAg négatif).

Un IgM anti-HBc positif indique que l’individu a commencé à se défendre contre le VHB. En combinaison avec un HBsAg négatif, la période de convalescence est en cours et les IgG anti-HBc devraient devenir rapidement positifs. Si l’HBsAg est encore positif, l’individu est soit encore dans la phase aiguë de la maladie et la combinaison HBsAg/IgG anti-HBc positifs/anti-HBs négatif peut signaler une infection chronique active.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.