Skip to contentSkip to navigation
Temps de thromboplastine, temps de céphaline

PTT

Le PTT (temps de thromboplastine ou temps de céphaline activée) sert à mesurer le temps nécessaire à la formation d’un caillot sanguin. Il est généralement prescrit en même temps que le PT pour investiguer des épisodes de saignement ou de formation de caillots (thromboses). Le PTT est également utilisé avant une chirurgie ou pour surveiller un traitement anticoagulant avec de l’héparine standard. Le PTT est exprimé en secondes.

Un PTT normal indique généralement un fonctionnement adéquat de la coagulation même en présence d’anticoagulant lupique ou d’un taux abaissé d’un facteur particulier de la coagulation. Un PTT allongé (plus de 30 secondes) peut être associé à un risque d’ecchymoses (bleus) ou de saignements. Les causes d’un PTT allongé sont nombreuses et incluent soit un déficit de production ou la présence d’un inhibiteur d’un facteur de coagulation (maladie de Von Willebrand, hémophilie, déficit en vitamine K, maladie du foie, présence d’un anticoagulant lupique, traitement à l’héparine ou à la warfarine (Coumadin©). Des PTT allongés peuvent également accompagner une leucémie.

Un PTT raccourci se rencontre le plus souvent pendant une réaction de phase aiguë accompagnant une inflammation, pendant la phase précoce d’une coagulation intravasculaire disséminée ou dans certains cancers extensifs (ovaire, pancréas ou colon).

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C