Skip to contentSkip to navigation
COVID-19 : Nous sommes ouverts. Certains services sont modifiés. Port du masque obligatoire. Détails au biron.com/fr/coronavirus

Hormone de stimulation folliculaire, hormone folliculo-stimulante

FSH

LA FSH (hormone de stimulation folliculaire) est une hormone synthétisée par l’hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau. La FSH est associée au cycle menstruel et développement des ovules chez la femme et à la production du sperme chez l’homme. Chez la femme, le dosage de la FSH est indiqué dans les cas d’infertilité et de troubles du cycle menstruel incluant la ménopause. 

Chez l’homme, le dosage est indiqué dans les cas d’infertilité. Contrairement à l’homme, la sécrétion de la FSHchez la femme varie selon le stade du cycle menstruel : augmentation en début de cycle avec stimulation de la production d’œstradiol et maturation d’un ovule. Au milieu du cycle, il y un pic de sécrétion de la FSH et de la LH qui provoque l’ovulation. 

Dans les deux dernières semaines du cycle, les taux de FSH baissent graduellement jusqu’aux menstruations. Les taux de FSH doivent donc être interprétés en tenant compte des autres résultats de laboratoire (LH, oestradiol, progestérone, inhibine, testostérone). Chez la femme ménopausée, il y a augmentation de la sécrétion de FSH par l’hypophyse afin de chercher à restimuler la production d’œstradiol par des ovaires rendus non fonctionnels.

Des taux de FSH élevés chez un individu infertile indiquent que ce sont les organes sexuels (ovaires, testicules) qui sont défectueux plutôt que l’hypophyse. Des taux de FSH abaissés vont plutôt diriger l’investigation vers un problème hypophysaire. Un résultat élevé chez une femme périménopausée accompagné d’un faible taux d’œstradiol aidera à confirmer l’établissement de la ménopause.

Mot de la semaine

Zone chaude

Une zone chaude, ou zone rouge, est une section d’un établissement (parfois un établissement en entier ou même le quartier d’une ville) où l’on retrouve un grand risque de contamination par des patients atteints d’une maladie infectieuse. Tout le personnel soignant pénétrant dans une zone chaude doit utiliser des mesures de protection appropriées. Par comparaison, on utilise les termes « zone froide » et « zone tiède » pour désigner respectivement les secteurs où l’on ne retrouve aucun individu infecté ou seulement des individus suspectés d’avoir une infection.

C