Skip to contentSkip to navigation

Bilan hépatique

Le bilan hépatique (ou bilan du foie) regroupe des tests permettant de dépister, de diagnostiquer ou de suivre certaines maladies comme les hépatites (inflammations aiguës ou chroniques du foie) et les dommages causés par des infections ou des toxines. Le bilan hépatique permet de voir si les membranes des cellules du foie sont endommagées et laissent s’échapper certains éléments (ALT, AST), si les voies biliaires (petits canaux qui transportent la bile entre le foie, la vésicule biliaire et le cholédoque, conduit qui relie la vésicule à l’intestin) sont victimes d’une obstruction ou d’une inflammation (bilirubine, ALP, GGT) et finalement si les importantes capacités de synthèse des protéines par le foie sont atteintes (albumine). D’autres tests seront utilisés pour préciser les causes des anomalies (sérologie des hépatites, échographie et biopsie du foie, etc.).

Un taux normal d’ALT, le marqueur le plus sensible des atteintes hépatiques, élimine généralement la possibilité d’une maladie du foie. La GGT constitue pour sa part le marqueur le plus sensible d’une atteinte, même légère, des voies biliaires, mais l’alcool et de nombreux médicaments peuvent également être en cause. L’ALP et la bilirubine sont des indicateurs plus robustes du bon fonctionnement des voies biliaires, mais d’autres situations peuvent expliquer un taux élevé de bilirubine (hémolyse accélérée des globules rouges, anomalie génétique) ou d’ALP (maladie osseuse, grossesse).

Pour en savoir plus, consultez les rubriques concernant chacun des éléments du bilan hépatique.Bilan du fer

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.