Skip to contentSkip to navigation

Cortisol salivaire

Le cortisol est produit par les glandes surrénales. C’est une hormone essentielle en cas de stress (maladie, intervention chirurgicale, hypoglycémie, etc.). Un hyperfonctionnement des glandes surrénales (maladie de Cushing, etc.) est cependant néfaste pour l’organisme (suppression de la réponse immunitaire, etc.). Les taux de cortisol varient en fonction de l’heure du prélèvement : élevés tôt le matin et bas en soirée. Les taux de cortisol peuvent être mesurés dans le sang, l’urine ou la salive. L’intérêt des dosages salivaires est la possibilité d’effectuer plusieurs prélèvements pendant la journée incluant tard, en soirée, au moment où les taux devraient être les plus bas.

Des taux élevés de cortisol salivaire en fin de soirée sont fortement suggestifs d’une maladie de Cushing et constituent probablement le test le plus sensible pour les formes plus légères de la maladie. Des résultats élevés doivent de préférence être confirmés par une reprise des tests salivaires ou sanguins. Des situations de stress aigu, l’alcoolisme, la dépression, la grossesse et plusieurs médicaments incluant les œstrogènes peuvent augmenter les taux de cortisol salivaire. Même un minime saignement des gencives peut entraîner des taux anormalement élevés de cortisol salivaire et il est extrêmement important de bien suivre les précautions de prélèvement. Le test n’est pas assez sensible pour le diagnostic des hypofonctionnements des glandes surrénales (maladie d’Addison). 

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C