Skip to contentSkip to navigation
Ratio protéinurie/créatininurie sur miction urinaire

Protéines/créatinine (miction)

Seules des traces de protéines devraient se retrouver dans les urines des individus normaux. La présence de protéines, principalement d’albumine dans l’urine est un signe d’une atteinte rénale souvent causée par le diabète ou l’hypertension. Plus cette atteinte rénale est diagnostiquée tôt, plus le traitement sera efficace. Lorsque le taux de protéines urinaires devient plus élevé, le test de microalbuminurie est remplacé par la mesure des protéines totales dans l’urine qui inclut, en plus de l’albumine, d’autres protéines d’intérêt clinique comme des fragments d’anticorps parfois appelés chaînes kappa ou lambda libres ou encore protéines de Bence-Jones.

Le ratio protéines/créatinine n’est pas calculé lorsque le taux de protéines est inférieur à 0,05 grammes par litre d’urines (<0,05g/L). Un ratio supérieur à 40 mg/mmol dans une miction urinaire peut être bénin et causé par une infection, des médicaments, de l’exercice vigoureux, la grossesse, la diète, l’exposition au froid, un stress émotionnel ou physique, un simple changement de posture (protéinurie orthostatique) ou encore une contamination du spécimen lors de la collecte. Le test doit être répété pour en assurer la validité. Des ratios élevés peuvent également survenir dans des conditions autres que rénales (hypertension artérielle, désordre de la moelle osseuse (myélome multiple), lupus, pré-éclampsie, etc. Un ratio supérieur à 250 mg/mmol est compatible avec un syndrome néphrotique, une atteinte majeure des glomérules rénaux.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.