Skip to contentSkip to navigation
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.

Culture de plaie

La culture de plaie superficielle recherche des bactéries aérobies (capables de croître en présence de l’air). Certaines de ces bactéries peuvent causer des maladies (pathogènes) alors que la présence d’autres est normale (flore cutanée normale).

Le rapport indique si la culture est positive (présence d’une bactérie pathogène) ou négative (absence de bactérie ou présence seulement de bactéries normales de la peau). Une culture est considérée négative si aucune croissance n’est constatée après 48 heures de culture. Pour chaque souche identifiée, un antibiogramme est ajouté pour savoir si cette souche sera sensible (S) ou résistante (R) à différents antibiotiques disponibles pour le traitement. Généralement, un seul type de bactérie sera responsable de l’infection, mais à l’occasion il y aura deux types ou plus de bactéries impliquées. Si plus de deux organismes sont présents, un antibiogramme est effectué seulement sur la souche pathogène principale. Si seulement la flore normale de la peau est présente, il est possible que l’infection soit due à ces bactéries normales, que la bactérie pathogène n’ait pas été présente en concentration suffisante dans l’échantillon prélevé ou que l’infection soit due à une autre cause. Des croissances faibles peuvent être considérées comme significatives, en particulier lorsque l’infection se situe dans une région du corps considérée comme stérile (l’œil, par exemple).

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.