Skip to contentSkip to navigation

Gonorrhée (PCR) urine

La gonorrhée est une infection à déclaration obligatoire avec la bactérie Neisseria gonorrhoeae. C’est une ITSS (MTS) qui peut entraîner de sérieuses complications si elle n’est pas détectée et traitée. Chez l’homme, elle se manifeste souvent par une inflammation de l’urètre (urétrite) alors que chez la femme il peut y avoir une inflammation du col utérin (cervicite). Dans les deux sexes, l’infection des autres sites est généralement asymptomatique.

La technique de dépistage utilisée (PCR ou TAAN) est basée sur la détection de l’ADN ou ARN de la bactérie après amplification. Les résultats sont généralement positifs 7 jours après infection. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsque les tout premiers millilitres d’urine sont recueillis après au moins 1 heure sans uriner, sans désinfection préalable chez la femme, avec ou sans désinfection chez l’homme.

Un résultat positif (réactif) indique la présence d’une infection active avec la bactérie. Un résultat négatif (non-réactif) indique l’absence probable d’infection au moment du prélèvement. On doit revérifier régulièrement toute infection chez les individus plus à risque. Il est important que les partenaires sexuels d’un individu positif soient également traités. Certains spécimens produisent des résultats plus difficiles à interpréter. Ces résultats sont identifiés comme « équivoque », « inhibition », « ininterprétable » ou « indéterminé ». L’analyse doit alors être reprise sur un nouveau prélèvement.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.