Skip to contentSkip to navigation

Immunofixation

On retrouve dans le sang 3 grandes classes d’immunoglobulines (anticorps) : chacune de ces immunoglobulines est composée d’une chaîne lourde et d’une chaîne légère. La chaîne lourde est caractéristique de la famille d’anticorps (IgG, IgA, IgM) tandis que la chaîne légère peut être de deux types : kappa ou lambda. Ces anticorps sont produits surtout par les plasmocytes de la moelle osseuse, des globules blancs impliqués dans la défense normale contre les agressions (infections, etc.). Lors d’une réponse normale à une agression, plusieurs types de plasmocytes interviennent et fabriquent une grande variété d’anticorps (élévation polyclonale). Il est cependant possible qu’un seul sous-type (clone) de plasmocyte se développe de façon incontrôlée (cancer) et fabrique en excès une grande quantité d’un anticorps unique (élévation monoclonale). L’immunofixation des protéines permet de confirmer si une anomalie détectée à l’électrophorèse des protéines pourrait avoir été causée par phénomène monoclonal.

La présence d’une fraction monoclonale peut signaler la présence d’un cancer de la moelle osseuse, d’un lymphome ou d’un myélome multiple. Certains de ces myélomes sont appelés « MGUS » pour gammapathie monoclonale de signification indéterminée. Des élévations monoclonales des IgM sont souvent associées à un épaississement du sang en particulier lorsque la peau est exposée au froid (macroglobulinémie de Waldeström).

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C