Skip to contentSkip to navigation
Virus du lymphome humain à cellules T, virus de la leucémie des cellules T, virus des lymphocytes T humains

HTLV I et II

Le HTLV (virus T-lymphotrope humain) est un virus qui infecte particulièrement les lymphocytes T (catégorie de globules blancs impliqués dans la réponse immunitaire). Il existe deux sous-types d’HTLV, les sous-types HTLV-I et HTLV-II. Le test détecte les anticorps produits par le corps en réaction à une infection par l’un ou l’autre des deux sous-types de HTLV.

Plus de 95 % des individus infectés par le HTLV ne présenteront jamais de symptômes, mais peuvent retransmettre le virus à d’autres personnes (relations sexuelles, partage de seringue, transfert de la mère au bébé lors de l’accouchement ou l’allaitement, etc.). Le virus reste en permanence dans l’organisme sous forme dormante, mais peut se réactiver et causer des maladies (leucémie ou lymphome à cellules T), une atteinte des nerfs ressemblant à la sclérose en plaques, des inflammations à l’œil (uvéites) ou aux articulations et d’autres atteintes inflammatoires auto-immunes.

Un résultat négatif (non-réactif) indique que le HTLV n’est probablement pas responsable des symptômes rapportés. Un résultat positif (réactif) doit être confirmé par une technique plus précise pour éliminer un résultat faussement positif. Un résultat équivoque doit être repris plusieurs semaines plus tard et un résultat négatif ou équivoque lors de cette reprise indique que le HTLV n’est probablement pas impliqué.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D. 

C