Skip to contentSkip to navigation
Amplification en chaîne par polymérase, ACP, réaction en chaîne par polymérase, varicelle Zoster

Herpès PCR

Deux types du virus de l’herpès simplex (VHS) sont responsables d’infections communes, souvent orales (surtout VHS-1, rarement VHS-2) et génitales (surtout VHS-2, mais également VHS-1). Les infections à VHS sont permanentes et le virus peut se réactiver à plusieurs reprises. La détection du virus dans une lésion constitue la meilleure façon de diagnostiquer une infection aiguë au VHS. Le test herpès PCR (Polymerase Chain Reaction) (amplification en chaîne par polymérase, ACP, réaction en chaîne par polymérase) aussi appelé TAAN (technique d’amplification des acides nucléiques) consiste à multiplier le nombre de copies de l’acide nucléique du virus pour mieux détecter sa présence. Cette approche et la plus sensible pour détecter les types 1 et 2 du virus. Les résultats incluent également la recherche du sous-type d’herpès responsable de la varicelle et du zona (herpès zoster ou varicella zoster). La technique est très sensible et permet d’obtenir des résultats positifs dans plus de 95 % des lésions où le VHS-1 ou 2 sont présents.

Un résultat positif confirme une infection aiguë à VHS-1 et/ou VHS-2 dans la lésion échantillonnée. Bien que les résultats faussement négatifs soient très rares, ils peuvent survenir lorsque le nombre de copies du virus est très faible dans le prélèvement ou qu’il ne se multiplie pas activement. Les résultats faussement positifs sont également très rares.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D. 

C