Skip to contentSkip to navigation

Hémolyse

Le sang est constitué de cellules et de plasma (ou sérum), un liquide qui est normalement de couleur jaune paille et transparent. Les appareils qui analysent les spécimens de sérum (tests de biochimie) surveillent trois aspects du sérum : la lipémie, l’indice d’ictère et l’indice d’hémolyse.

L’indice d’hémolyse est une mesure de la couleur rouge du sérum. Cette couleur est normalement due quasi exclusivement à la présence d’hémoglobine provenant de la rupture de la membrane des globules rouges. L’indice d’hémolyse est exprimé en nombre de « plus » (de zéro à ++++). Un indice d’hémolyse de zéro est normal. Un résultat non négatif (+ à ++++) indique une concentration anormale d’hémoglobine qui peut être due à des causes pathologiques (maladies hémolytiques), mais reflète aussi très souvent une anomalie de préparation des spécimens. Chez certains patients, la membrane des globules rouges est plus fragile et un nombre anormalement élevé de globules rouges se brisent au moment du prélèvement (prélèvement traumatique, en particulier par microméthode chez le jeune enfant) ou pendant le processus de stabilisation du spécimen par centrifugation. Voir vos résultats de formule sanguine, le cas échéant, pour des anomalies reliées aux syndromes hémolytiques. La présence d’hémolyse indique par ailleurs que des éléments normalement contenus dans le globule rouge se retrouvent dans le sérum. Des taux d’hémolyse de ++ à ++++ vont donc interférer entre autres à la hausse avec la mesure du potassium, du fer, de la LDH et de l’acide folique.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D. 

C