Skip to contentSkip to navigation
Aldostérone debout, aldostérone/j

Aldostérone couché

L’aldostérone sécrétée par les glandes surrénales joue un rôle crucial dans le maintien du volume sanguin et de la pression artérielle. Sa sécrétion est stimulée par l’angiotensine II dont la synthèse est sous le contrôle de la rénine. La synthèse de la rénine par le rein est activée, entre autres, par une chute de la pression sanguine. Le rôle de la rénine est de favoriser la synthèse de l’angiotensine II et donc la sécrétion d’aldostérone. Toute baisse de la pression artérielle et/ou du volume sanguin est rapidement corrigée par l’activation du système rénine-angiotensine-aldostérone. Les taux d’aldostérone s’interprètent en tenant compte de la posture au moment du prélèvement (couché ou debout) et peuvent être affectés par de nombreux médicaments de même que l’apport alimentaire en sel. La mesure du ratio aldostérone/rénine permet d’éliminer l’effet de la posture et des autres interférences.

Un taux d’aldostérone élevé dans le sang ou les urines peut être dû à une tumeur bénigne des glandes surrénales ou à une sécrétion élevée de rénine suite à une baisse de la pression artérielle dans les reins. Un taux d’aldostérone abaissé peut résulter d’un mauvais fonctionnement des glandes surrénales (maladie d’Addison) ou d’une baisse de la production de rénine par le rein.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C