Skip to contentSkip to navigation
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.

Calprotectine fécale

La calprotectine est une protéine produite par les neutrophiles, des globules blancs chargés de défendre l’organisme contre les « agressions ». Lorsque l’inflammation se produit dans le tube digestif, les neutrophiles sécrètent de grandes quantités de calprotectine qui se retrouve dans les selles.

Une calprotectine supérieure à 150 milligrammes par kilogramme de selles (mg/kg) indique qu’un processus inflammatoire se déroule dans le tube digestif (maladie de Crohn, colite ulcéreuse, etc.), mais sans préciser sa localisation ou sa cause. Plus la calprotectine est élevée, plus l’inflammation est sévère. Une calprotectine élevée peut également signaler une infection intestinale bactérienne ou parasitaire ou encore un cancer. Une calprotectine élevée doit être confirmée par une coloscopie pour déterminer la cause de l’inflammation.

Un taux de calprotectine inférieur à 50 mg/kg indique que les symptômes intestinaux sont probablement dus à une atteinte intestinale plus bénigne comme le syndrome du côlon irritable ou une infection virale, ce qui permet d’éviter la coloscopie dans la majorité des cas.

Un taux intermédiaire de calprotectine (entre 50 et 150 mg/kg) est dans la « zone grise », c’est-à-dire qu’il ne permet pas d’établir une conduite clinique précise et le dosage sera repris sur un nouvel échantillon. Une coloscopie sera indiquée si le deuxième test montre une calprotectine au-dessus de 50 mg/kg.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.