Skip to contentSkip to navigation

Électrolytes

Les électrolytes sont des éléments chimiques porteurs d’une charge électrique positive ou négative. Dans le corps humain, les principaux électrolytes sont le sodium (Na+), le potassium (K+) et le chlore (Cl-) auxquels on ajoute parfois l’ion bicarbonate (HCO3-). D’autres éléments comme le calcium, le magnésium et le phosphate sont également chargés électriquement, mais ne font pas partie du bilan de base. Au total, les liquides de l’organisme contiennent autant de charges négatives que positives.

Les électrolytes jouent un rôle vital dans le corps humain. Le sodium est responsable de la quantité d’eau retenue dans le corps, et un déséquilibre peut entraîner de l’œdème ou de la déshydratation. Le potassium, principal électrolyte intracellulaire, participe notamment à la transmission de l’influx nerveux et à la contraction musculaire. Le potassium, le bicarbonate et le chlore contribuent au maintien du pH du sang, et un déséquilibre de ces électrolytes peut entraîner des acidoses ou des alcaloses. Tous ces éléments entrent et sortent des cellules selon les besoins, et leur quantité dépend de l’apport alimentaire et des pertes dans les urines, l’air expiré, les selles et la sueur. À cela, il faut ajouter l’effet de nombreux médicaments (diurétiques, antihypertenseurs) et le rôle de plusieurs systèmes de contrôle (fonctionnement des surrénales, des reins, du tube digestif, de l’hypophyse, de l’hormone antidiurétique, etc.).

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C