Skip to contentSkip to navigation

Anti-ENA

Les anti-ENA (pour « anti-extractable nuclear antigen » en anglais) sont des anticorps dirigés contre plusieurs dizaines d’antigènes présents dans le noyau des cellules du tissus conjonctif (fibres flexibles ou rigides comme le collagène, membranes enveloppant les organes, articulations, tendons, support des petits vaisseaux sanguins, peau, etc.). La formation d’anticorps dirigés contre des constituants normaux de la cellule est à la base des maladies auto-immunes dont l’anémie pernicieuse, le diabète juvénile, certaines maladies de la thyroïde, etc. Lorsque les anti-ENA sont positifs, on parle de collagénose et de connectivite comme le lupus érythémateux disséminé (LED), le syndrome de Sjögren (syndrome des larmes sèches), la polymyosite, la sclérodermie limitée ou diffuse et les conjonctivites mixtes, etc.

Le diagnostic précis de chacune de ces atteintes dépend du type particulier d’anticorps anti-ENA présents (SDM, RNP, SSA, SSB, JO-1, SCL-70, CENP-B et autres). Des résultats individuels apparaissent dans votre rapport à la suite de tout résultat d’anti-ENA positif et sont accompagnés de l’interprétation par un médecin hématologiste.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C