Skip to contentSkip to navigation
APS, APS totale, antigène spécifique de la prostate

PSA totale

Le PSA (antigène spécifique de la prostate) est une protéineprovenant chez l’homme uniquement de la prostate. Les taux de PSA (APS, antigène spécifique dela prostate, antigène prostatique spécifique, antigène prostate-spécifique)dans le sang représentent donc une augmentation du volume de la prostate quipeut être physiologique ou associée à une inflammation ou un cancer.

Dans 75 % des cas, un taux de PSA (APS, antigènespécifique de la prostate, antigène prostatique spécifique, antigèneprostate-spécifique) entre 4 et 10 ng/mL est associé à une hyperplasiebénigne de la prostate. Le même tauxconfère un risque de 25 % de cancer de la prostate dont la sévérité ou lavitesse d’évolution reste cependant à préciser (la majorité des cancers de laprostate sont d’évolution très lente). Selon l’examen clinique, incluant le toucher rectal, un taux de PSA(APS, antigène spécifique de la prostate, antigène prostatique spécifique,antigène prostate-spécifique) supérieur à 4 ng/mL est souvent suivi d’unebiopsie de la prostate. Les taux de PSA(APS, antigène spécifique de la prostate, antigène prostatique spécifique,antigène prostate-spécifique) et la fréquence des tests justifiant un suivi plus rigoureux sont parfois ajustés en fonction de l’âge des individus (destaux plus bas chez le jeune homme et plus élevé chez l’homme âgé) ou de lavitesse d’augmentation du taux de PSA (APS, antigène spécifique de la prostate,antigène prostatique spécifique, antigène prostate-spécifique) dans letemps. Plusieurs conditions sontsusceptibles de faire augmenter transitoirement les taux de PSA (APS, antigènespécifique de la prostate, antigène prostatique spécifique, antigèneprostate-spécifique) chez certains individus (massage prostatique ou éjaculation récente, pratique du vélo, prostatite aiguë, etc.).

Mot de la semaine

Cancer du sein

La cancer du sein est une tumeur maligne composée de plusieurs cellules cancéreuses. À noter que le cancer du sein n’est pas la cause le plus fréquente de douleurs au sein, puisqu’il arrive fréquemment que la patiente atteinte soit asymptomatique.