Skip to contentSkip to navigation
APS, APS totale, antigène spécifique de la prostate

PSA totale

La PSA (antigène spécifique de la prostate) est une protéine provenant chez l’homme uniquement de la prostate. Les taux de PSA dans le sang représentent donc une augmentation du volume de la prostate physiologique ou associée à une inflammation ou un cancer.

Dans 75% des cas, un taux de PSA entre 4 et 10 ng/mL est associé à une hyperplasie bénigne de la prostate. Le même taux confère un risque de 25% de cancer de la prostate dont la sévérité ou la vitesse d’évolution reste cependant à préciser (la majorité des cancers de la prostate sont d’évolution très lente). Selon la clinique incluant le toucher rectal, une PSA supérieure à 4 ng/mL est souvent suivie d’une biopsie de la prostate. Les taux de PSA et la fréquence des tests justifiant un suivi plus rigoureux sont parfois ajustés en fonction de l’âge des individus (des taux plus bas chez le jeune homme et plus élevé chez l’homme âgé) ou de la vitesse d’augmentation de la PSA dans le temps. Plusieurs conditions sont susceptibles de faire augmenter transitoirement les taux de PSA chez certains individus (massage prostatique ou éjaculation récente, pratique du vélo, prostatite aiguë, etc.).

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C