Skip to contentSkip to navigation
COVID-19 : Nous sommes ouverts. Certains services sont modifiés. Port du masque obligatoire. Détails au biron.com/fr/coronavirus

Fève de soja

Le test F14 de Phadia permet la détection dans le sang des IgE (anticorps) responsables des réactions allergiques à la fève de soja. Le soja est présent dans l’alimentation sous plusieurs formes (lait, fromage, huile, sauces, etc.) et souvent le mot « soja » n’est pas apparent dans le nom du produit (édamame, miso, « fauxmage », aérosols à cuisson, etc.). Les réactions parfois sévères sont surtout rencontrées chez les jeunes enfants. Le tableau d’interprétation qui accompagne le résultat exprime la probabilité d’une réaction allergique au soja, mais pas nécessairement la sévérité de cette réaction. L’histoire de cas (symptômes, relation avec les repas, collations, etc.) et l’examen clinique par le médecin sont essentiels pour obtenir une interprétation fiable des résultats.

Un résultat négatif d’IgE anti-soja (<0,35 kU/L) indique que le soja n’est probablement pas responsable des symptômes rapportés, mais, surtout chez le jeune enfant, NE PERMET PAS D’ÉLIMINER COMPLÈTEMENT CETTE POSSIBILITÉ. Tous les résultats négatifs et positifs doivent être interprétés en tenant compte de l’histoire de cas. Il n’y a pas de taux d’IgE spécifique permettant de prédire une réaction sévère au soja. Le test de provocation orale à double insu demeure la technique définitive pour confirmer une allergie alimentaire. La plupart des enfants vont perdre leur allergie au soja en quelques années. Le suivi des taux d’IgE spécifiques dans le temps peut s’avérer utile pour guider l’âge de la réintroduction du soja. Dans certains cas, des tests recherchant des IgE contre des composants spécifiques du soja (Gly m4, Gly m5 et Gly m6) peuvent aider à distinguer une allergie vraie au soja d’une allergie croisée au pollen de bouleau.

Mot de la semaine

Zone chaude

Une zone chaude, ou zone rouge, est une section d’un établissement (parfois un établissement en entier ou même le quartier d’une ville) où l’on retrouve un grand risque de contamination par des patients atteints d’une maladie infectieuse. Tout le personnel soignant pénétrant dans une zone chaude doit utiliser des mesures de protection appropriées. Par comparaison, on utilise les termes « zone froide » et « zone tiède » pour désigner respectivement les secteurs où l’on ne retrouve aucun individu infecté ou seulement des individus suspectés d’avoir une infection.

C