Skip to contentSkip to navigation

Nitrites (analyse d’urine de routine)

Les nitrites proviennent des nitrates alimentaires qui ne sont transformés en nitrites que lorsque des bactéries sont présentes dans les voies urinaires. La présence de nitrites dans les urines constitue donc (en particulier lorsque des leucocytes sont également présents) un des signes les plus importants d’une infection des voies urinaires. Dépendant des conditions (urine concentrée du matin, grande quantité de bactéries), 50 à 90 % des infections urinaires peuvent être détectées avec le test des nitrites. Un test de nitrites positif est généralement suivi par une recherche de bactéries au microscope et par la suite d’une culture avec antibiogramme.

Certaines souches de bactéries ne sont pas capables de transformer les nitrates alimentaires en nitrites et l’infection ne sera pas détectée par le test des nitrites. Ce sera la même situation pour les patients déjà traités avec un antibiotique. Il faut également que des nitrates soient présents dans l’alimentation (betteraves, céleri, laitue, radis, épinards, bacon, jambon, charcuteries et certains fromages) et que l’urine soit restée dans la vessie suffisamment longtemps pour que les bactéries puissent convertir ces nitrates en nitrites (jusqu’à 4 heures). La première urine du matin constitue le meilleur spécimen pour détecter une infection urinaire.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C