Skip to contentSkip to navigation
Électrocardiogramme

ECG

L’ECG, ou électrocardiogramme, est une analyse des courants électriques qui permettent au cœur de battre de façon régulière. L’onde électrique liée à chaque battement cardiaque est composée de différentes parties (intervalle PR ou QT, complexe QRS, etc.) qui correspondent à chaque étape du battement : remplissage des ventricules, contraction des oreillettes, puis des ventricules pour éjecter le sang dans l’aorte et l’artère pulmonaire, ouverture et fermeture des valves entre chaque compartiment. L’ECG permet de mesurer le rythme cardiaque, de détecter d’éventuelles arythmies (battements irréguliers) et de trouver les causes pouvant expliquer des douleurs à la poitrine (crises d’angine) ou d’autres anomalies cardiaques comme un infarctus antérieur, une dilatation du volume du cœur ou une inflammation de la membrane qui recouvre le cœur (péricardite). L’ECG peut être effectué au repos ou à l’effort (sur tapis roulant). Il peut être de courte durée (enregistrement sur une dizaine de minutes) ou échelonné sur 1, 2 ou parfois même 14 jours (Holter dynamique). Les résultats de l’électrocardiogramme sont interprétés par un cardiologue.

L’ECG le plus courant (ECG au repos) est réalisé en position couchée. Jusqu’à une dizaine d’électrodes sont fixées sur la peau, au niveau des poignets et des chevilles gauches et droites et au niveau de la cage thoracique. Cette méthode est indolore et ne requiert aucune injection de substance dans l’organisme. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.