Skip to contentSkip to navigation
Déhydroépiandrostérone, DHEA-S

DHEAS

Le DHEA-S (déhydroépiandrostérone) est une hormone produite par la partie des glandes surrénales sous contrôle de l’ACTH, une hormone de l’hypophyse (petite glande située à la base du cerveau). Le DHEA-S sert à la production d’autres hormones comme l’androstènedione, la testostérone et l’œstradiol qui contrôlent le développement de caractères sexuels secondaires. Des taux élevés de DHEA-S peuvent causer des symptômes chez la femme comme l’arrêt des menstruations et l’apparition de signes de virilisation : voix rauque, hirsutisme (augmentation de la pilosité faciale et/ou corporelle), perte de cheveux de type masculin, etc. Les taux de DHEA-S (et de cortisol) sont utiles pour évaluer le bon fonctionnement des glandes surrénales. Les résultats sont exprimés en micromoles de DHEA-S par litre de sang (µmol/L)

Un taux normal de DHEA-S et des autres hormones mâles indique que les glandes surrénales fonctionnent probablement normalement. Un taux élevé de DHEA-S indique un désordre probable des glandes surrénales qui devra être précisé par d’autres tests (hyperplasie, tumeur ou cancer des surrénales, syndrome de Cushing, etc.). Les taux sont parfois également élevés dans le syndrome des ovaires polykystiques et de rares tumeurs ovariennes. Des taux abaissés de DHEA-S peuvent être dus à une insuffisance des glandes surrénales (maladie d’Addison, défaut de l’hypophyse, etc.)

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C