Skip to contentSkip to navigation
Antigène HBe, AgHBe, Ag HBe, antigène e

HBeAg

L’HBeAg (antigène HBe, AgHBe, Ag HBe, antigène e) est la partie « soluble » (extractable en anglais) de l’antigène « core » du virus de l’hépatite B (VHB). La présence de l’HBeAg indique que le virus se multiplie activement et que la contagiosité est élevée. L’HBeAg apparaît dans le sang peu après l’HBsAg. Il persiste environ 3 à 6 semaines après la phase aiguë (symptomatique) de la maladie et peut persister longtemps ou réapparaître en cas d’hépatite chronique active. La mesure de l’HBeAg est donc le plus souvent utilisée pour indiquer le risque de contagiosité. Elle est également utile pour suivre l’efficacité d’un traitement.

Un résultat positif (réactif) d’HBeAg combiné à un anti-HBe non-réactif (négatif) confirme donc un haut degré de contagiosité. Lorsque l’anti-HBe est également réactif, cela signifie que l’individu est en voie de guérison et la contagiosité moins importante.

Un résultat non-réactif d’HBeAg (avec anti-HBe réactif) chez un individu avec hépatite B indique que l’infection est dans sa phase initiale, avant le pic de réplication du virus. Si les anti-HBe sont réactifs, cela peut indiquer que la réplication virale est maintenant très faible. Il existe des sous-types de VHB qui ne produisent pas l’HBe. Ces sous-types sont habituellement retrouvés en Asie, au Moyen-Orient et de plus en plus souvent en Europe.

Mot de la semaine

Créatine kinase MM (CK-MM)

La CK (créatine kinase) est une enzyme présente dans plusieurs tissus, dont les muscles et le cœur. Selon le tissu, différentes formes de la CK sont présentes : la CK MM est présente surtout dans les muscles squelettiques, la CK MB représente 30 % de la CK provenant du cœur tandis que la CK BB provient du cerveau et des muscles lisses dont ceux de la paroi intestinale. Des formes atypiques de la CK (macro CK1 et macro CK2) peuvent également être présentes. L’électrophorèse de la CK est surtout utile lorsque des atteintes musculaires ou cardiaques ne semblent pas responsables de l’élévation du taux de la CK totale.

C