Skip to contentSkip to navigation

Gonorrhée anus (PCR)

La gonorrhée est une infection à déclaration obligatoire par la bactérie Neisseria gonorrhoeae. C’est une ITSS (MTS) qui peut entraîner de sérieuses complications si elle n’est pas détectée et traitée. L’infection de la gorge ou de l’anus par la bactérie causant la gonorrhée est généralement asymptomatique.

La technique de dépistage utilisée (PCR ou TAAN) est basée sur la détection de l’ADN ou ARN (le matériel génétique) de la bactérie après amplification. Les résultats sont généralement positifs 7 jours après infection. Selon les facteurs de risque, les recherches de gonorrhée peuvent être effectuées sur les urines, des prélèvements génitaux ou urétraux, de la gorge ou de l’anus. Un avertissement apparaissant sur le rapport indique que la technique utilisée n’a pas été approuvée par Santé Canada pour des spécimens de gorge ou d’anus. Ces analyses réalisées au Laboratoire de Santé publique du Québec (LSPQ) sont cependant de très grande fiabilité.

Un résultat positif (réactif) indique la présence d’une gonorrhée active. Un résultat négatif (non réactif) indique l’absence probable d’infection au moment du prélèvement. Certains échantillons produisent des résultats plus difficiles à interpréter. Ces résultats sont identifiés comme « équivoque », « inhibition », « ininterprétable » ou « indéterminé ». L’analyse doit alors être reprise sur un nouveau prélèvement.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C