Skip to contentSkip to navigation
Anticorps anti-LKM

Anti-L-K-M

Les anticorps anti-LKM (de l’anglais anti-Liver and Kidney Microsome) sont des autoanticorps dirigés contre les cellules du foie et du rein. Notre système immunitaire est chargé de nous défendre contre des agressions provenant de cellules et d’organismes étrangers. Souvent, notre système immunitaire se dérègle et considère certains de ses propres tissus comme étant étrangers. La production d’anticorps contre ses propres tissus est à l’origine d’un grand nombre de maladies « auto-immunes » comme l’arthrite rhumatoïde, le diabète juvénile, plusieurs maladies de la thyroïde et du foie, etc. Lorsque le système immunitaire produit des anticorps contre les microsomes (petite structure intracellulaire) des cellules du foie, il peut en résulter une hépatite auto-immune. Les anti-L-K-M sont généralement recherchés en même temps que les anticorps anti-muscle lisse et les anticorps antinucléaires.

Un titre élevé d’anti-L-K-M indique que l’individu est probablement atteint d’une hépatite auto-immune de type 2 (parfois associée avec d’autres maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 ou une thyroïdite). Une biopsie du foie est cependant nécessaire pour confirmer ce diagnostic. En présence de signes de maladie hépatique, d’anti-L-K-M négatif, mais d’anticorps antinucléaires et anti-muscle lisse positifs, il est probable que l’individu soit plutôt atteint d’une hépatite auto-immune de type 1. Si les anti-L-K-M et anti-muscle lisse sont négatifs, une hépatite auto-immune est improbable, mais pas totalement exclue.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D. 

C