Skip to contentSkip to navigation

Culture selles (1er, 2e, 3e)

La culture des selles permet d’identifier les bactéries pathogènes responsables de diarrhées persistantes. La culture des selles est souvent accompagnée d’une recherche d’autres pathogènes également responsables de diarrhées (œufs et parasites). Les bactéries recherchées sont les variétés les plus courantes en Amérique du Nord et incluent Campylobacter (viandes et volaille crues ou insuffisamment cuites), Salmonella (œufs, volaille et légumes crus, reptiles de compagnie), Shigella (nourriture et eau contaminée), Yersinia (porc cru ou insuffisamment cuit) et le sérotype O157 de E. Coli (responsable entre autres de la maladie du hamburger). La culture des selles ne permet pas d’identifier la bactérie C difficile. Une ordonnance spécifique de recherche de l’antigène et de la toxine de C. difficile est requise. Pour augmenter les chances d’identifier la bactérie responsable d’une diarrhée, la culture de selles est souvent répétée sur 2 ou 3 selles recueillies à des journées différentes.

Un résultat négatif indique que les bactéries énumérées sur le rapport ne sont probablement pas responsables de la diarrhée. Un résultat positif pour une des bactéries recherchées indique au contraire que cette dernière est probablement responsable de la diarrhée. En cas de résultat positif, un antibiogramme indiquant la sensibilité ou la résistance de la bactérie à certains antibiotiques aide le médecin à choisir le traitement le plus approprié.

Mot de la semaine

Créatine kinase MM (CK-MM)

La CK (créatine kinase) est une enzyme présente dans plusieurs tissus, dont les muscles et le cœur. Selon le tissu, différentes formes de la CK sont présentes : la CK MM est présente surtout dans les muscles squelettiques, la CK MB représente 30 % de la CK provenant du cœur tandis que la CK BB provient du cerveau et des muscles lisses dont ceux de la paroi intestinale. Des formes atypiques de la CK (macro CK1 et macro CK2) peuvent également être présentes. L’électrophorèse de la CK est surtout utile lorsque des atteintes musculaires ou cardiaques ne semblent pas responsables de l’élévation du taux de la CK totale.

C