Skip to contentSkip to navigation
y-globulines

Gamma-globulines

Les gamma-globulines ou anticorps constituent la classe de protéines la plus abondante du sérum après l’albumine. Les principales classes de gammaglobulines sont les IgA, les IgG et les IgM. L’interprétation de l’électrophorèse indique l’un ou l’autre de deux types d’augmentation des gammaglobulines: une augmentation de tous les sous-types (hypergammaglobulinémie polyclonale) ou une augmentation d’une seule classe d’anticorps (hypergammaglobulinémie monoclonale).

Une augmentation polyclonale des gammaglobulines représente une réaction de défense normale de l’organisme et peut donc être observée dans des infections comme les hépatites virales, des maladies inflammatoires chroniques, des maladies auto-immunes, la cirrhose du foie, etc.

Une augmentation monoclonale des gammaglobulines reflète généralement la surproduction d’une classe particulière d’anticorps par la moelle osseuse comme dans le myélome multiple et est parfois d’interprétation clinique limitée comme dans les MGUS (« augmentation monoclonale des gammaglobulines de signification inconnue »).

Des taux abaissés des gammaglobulines suggèrent une sous-production d’anticorps telle que rencontrée dans certaines maladies génétiques (agammaglobulinémie des enfants bulles) et leucémies.

D’autres tests permettent d’identifier plus précisément quelle fraction ou sous-composant des gamma-globulines peut être anormal (immunofixation des protéines, chaînes kappa-lambda libres).

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C