Skip to contentSkip to navigation
Borréliose de Lyme

Maladie de Lyme

La maladie de Lyme (borréliose de Lyme) est diagnostiquée à l’aide de 2 tests effectués en séquence. Un premier test (Maladie de Lyme sérologie) consiste à rechercher l’ensemble des anticorps pouvant être associés à la présence de la bactérie responsable de la maladie. Comme plusieurs anticorps peuvent donner des résultats faussement positifs avec cette première étape, tous les résultats positifs ou équivoques au test sérologique doivent être confirmés par une analyse plus spécifique appelée immunobuvardage. Ce sont les résultats de cette deuxième analyse qui serviront à confirmer la présence de la maladie.

Des résultats négatifs au test sérologique indiquent que la maladie de Lyme n’est probablement pas en cause. Un commentaire indique cependant que des prélèvements effectués trop tôt (moins de 2 semaines suivant le début des symptômes) peuvent contenir trop peu d’anticorps pour être positifs. En cas de forte suspicion clinique, un deuxième sérum doit être prélevé 7 à 14 jours après le premier.

À cause du risque de générer de faux positifs, les recommandations des organismes de santé (Center for Disease Control, Laboratoire de Santé publique du Québec, etc.) sont à l’effet de ne pas procéder à l’analyse par immunobuvardage lorsque le test sérologique de première ligne est négatif.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C