Skip to contentSkip to navigation
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.
Veuillez noter qu’une maintenance de nos systèmes est en cours, ce qui affecte la disponibilité de certaines applications. La situation devrait être rétablie sous peu.

Bilan cardiovasculaire

Le risque de développer une maladie cardiovasculaire est généralement établi en calculant le score de Framingham. Le risque calculé peut être faible (moins de 10 %), modéré (10 %-20 %) ou élevé (plus de 20 %). Les interventions thérapeutiques (modifications du mode de vie et médication) sont basées sur ce calcul, qui tient compte de l’âge, du sexe, de la présence d’un diabète ou d’une hypertension traitée ou non, du statut tabagique, ainsi que du taux de cholestérol total et de cholestérol HDL. Ce calcul s’avère très juste dans environ la moitié des cas. Avec les années, plusieurs autres facteurs de risque ont été relevés, et leur présence permet de mieux évaluer le risque chez l’autre moitié de la population : prédiabète et syndrome métabolique, diminution de la fonction rénale, présence de lipoprotéines atypiques, maladies inflammatoires chroniques et présence de signes non cardiaques d’athérosclérose.

Le bilan cardiovasculaire comprend donc tous les éléments du score de Framingham, auxquels sont ajoutées des informations concernant le prédiabète et le syndrome métabolique (glycémie, HBa1c), la fonction rénale (créatinine, eGFR et microalbuminurie), la présence de lipoprotéines atypiques (apoB) et de maladies inflammatoires (CRP ultrasensible), ainsi que la présence de signes d’athérosclérose dans les vaisseaux sanguins (indice tibio-huméral). Un commentaire inscrit au bilan propose une réévaluation du score de Framingham en tenant compte de ces nouvelles informations.

Mot de la semaine

Vitamine D

La vitamine D est essentielle à une bonne santé osseuse et possiblement à d’autres fonctions importantes dont une protection contre des maladies autoimmunitaires et des cancers. Ce test mesure les réserves totales de vitamine D3 (produite par l’exposition au soleil et retrouvée dans les suppléments d’origine animale) et D2 (d’origine végétale, retrouvée dans la plupart des suppléments). Une faible exposition au soleil, certains médicaments, de la malnutrition ou malabsorption intestinale constituent les causes les plus fréquentes de déficience en vitamine D.