Skip to contentSkip to navigation
TRAK

Anti-récepteurs de la TSH

La TSH est l’hormone produite par la glande hypophyse (petite glande située à la base du cerveau) chargée de stimuler la production des hormones T4 et T3 par la glande thyroïde. Pour que la TSH puisse stimuler la glande thyroïde, elle doit réagir avec des protéines situées en surface des cellules de la thyroïde appelées « récepteurs de la TSH ». Il existe un grand nombre de maladies auto-immunes causées par un dérèglement du système immunitaire qui considère des protéines normales de l’organisme comme « étrangères » et fabrique donc des anticorps pour les éliminer. Le système immunitaire peut donc produire des protéines contre les « récepteurs de la TSH ». 

Certains de ces anticorps vont bloquer la stimulation de la glande thyroïde alors que d’autres comme les TSI (Thyroid Stimulating Antibodies) au contraire vont stimuler inutilement la glande thyroïde pour provoquer une hyperthyroïdie (production exagérée des hormones T4 et T3). La maladie de Graves-Basedow est une hyperthyroïdie d’origine auto-immune causée par la présence de ces anticorps anti-récepteurs de la TSH (TRAK). La recherche des anticorps anti-récepteurs de la TSH aide donc au diagnostic différentiel des hyperthyroïdies.

Un taux élevé d’anticorps anti-récepteurs de la TSH chez un individu avec signes et symptômes d’hyperthyroïdie est compatible avec une hyperthyroïdie d’origine auto-immune (maladie de Graves-Basedow).

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C