Skip to contentSkip to navigation
Dioxyde de carbone, bicarbonates, CO2

CO2 total

La mesure des taux de CO2 total (parfois aussi appelé bicarbonates) accompagne celles du sodium, du potassium et des chlorures lorsqu’on suspecte un trouble électrolytique combiné avec un problème d’équilibre du pH du sang (équilibre acido-basique), incluant ceux causés par certains médicaments. Sauf peut-être chez les personnes souffrant d’insuffisance respiratoire ou rénale, les désordres qualitativement importants de l’équilibre acido-basique sont rarement observés chez les patients ambulatoires sans symptôme.

Lorsque le taux de CO2 total est trop bas, cela peut signifier que le CO2 est utilisé pour neutraliser des acides produits en excès (acidocétose du diabète, insuffisance rénale, acidose lactique, intoxication avec le méthanol, l’éthylène glycol ou l’aspirine). Une insuffisance des glandes surrénales (maladie d’Addison), des diarrhées chroniques et une respiration trop rapide (alcalose respiratoire) entraînent également une diminution du taux de CO2.

Un taux élevé de CO2 total dans le sang peut être causé par des vomissements prolongés (alcalose métabolique), des maladies respiratoires comme la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou encore une hypersécrétion de cortisol (maladie de Cushing) ou d’aldostérone (syndrome de Conn) par les glandes surrénales.

Mot de la semaine

Rubéole IgG

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rubéole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours après l’apparition des symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination.

C