Skip to contentSkip to navigation

Complément total (immuno)

Le système du complément fait partie des mécanismes de défense de l’organisme (contre les bactéries, virus, parasites, etc.). Il est composé de plusieurs protéines (ou facteurs), dont 9 principales qui sont numérotées de C1 à C9. Les dérèglements du système du complément sont principalement de deux ordres : le taux d’un ou plusieurs des facteurs peut être trop faible parce qu’il est surutilisé ou plus rarement parce que l’organisme n’en fabrique pas suffisamment pour des raisons génétiques. 

À l’opposé, le taux ou l’activité d’un ou plusieurs facteurs peut être augmenté pour répondre à certaines agressions aiguës (réponse inflammatoire). Dépendant des circonstances, le médecin peut demander de mesurer le taux de facteurs spécifiques, le plus souvent C3 et C4, ou la capacité de l’ensemble des composantes (complément total). 

Une diminution du complément total peut être observée dans plusieurs conditions associées à leur utilisation (infections bactériennes répétées, maladies autoimmunes comme le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde, l’angioedème acquis ou héréditaire, plusieurs variétés de maladies rénales, etc.) Des taux augmentés du complément total accompagnant celui d’autres protéines appelées « protéines de phase aiguë » sont observés dans des inflammations aiguës et chroniques. Des taux augmentés peuvent également se retrouver dans certains cancers, la colite ulcéreuse, la thyroïdite, etc.

Mot de la semaine

Créatine kinase MM (CK-MM)

La CK (créatine kinase) est une enzyme présente dans plusieurs tissus, dont les muscles et le cœur. Selon le tissu, différentes formes de la CK sont présentes : la CK MM est présente surtout dans les muscles squelettiques, la CK MB représente 30 % de la CK provenant du cœur tandis que la CK BB provient du cerveau et des muscles lisses dont ceux de la paroi intestinale. Des formes atypiques de la CK (macro CK1 et macro CK2) peuvent également être présentes. L’électrophorèse de la CK est surtout utile lorsque des atteintes musculaires ou cardiaques ne semblent pas responsables de l’élévation du taux de la CK totale.

C