Skip to contentSkip to navigation
Osmolalité urinaire

Osmolalité (miction)

L’osmolalité est une mesure du nombre total de molécules dissoutes dans un liquide, quelle que soit leur nature. Les ions (potassium, sodium, phosphates, etc.) l’urée et la créatinine (deux produits de déchets excrétés par le rein) sont les contributeurs principaux à l’osmolalité urinaire. L’osmolalité de l’urine varie considérablement au cours de la journée en fonction de la quantité d’eau ingérée dans les heures précédentes. L’osmolalité sera très élevée dans une urine concentrée du matin, au lever, et sera plus basse dans une urine pâle de l’après-midi. En général, la mesure de l’osmolalité urinaire est un complément à la mesure de l’osmolalité et des électrolytes sanguins prélevés simultanément, et permet de mesurer la capacité de l’organisme à maintenir sa balance en eau.

L’osmolalité urinaire augmente lors d’une déshydratation, une insuffisance cardiaque, une hypernatrémie (taux de sodium sanguin élevé), d’une sécrétion inappropriée de l’hormone antidiurétique, d’une insuffisance des glandes surrénales (maladie d’Addison), de dommages au foie et de choc circulatoire. Une osmolalité urinaire basse pourra signaler un diabète insipide (absence d’effet de l’hormone antidiurétique), un apport d’eau excessif, un taux de calcium sanguin élevé, un taux de potassium sanguin abaissé ou une atteinte des reins qui empêche la réabsorption normale de l’eau (insuffisance rénale, dommages aux tubules rénaux).

Mot de la semaine

Cancer du sein

La cancer du sein est une tumeur maligne composée de plusieurs cellules cancéreuses. À noter que le cancer du sein n’est pas la cause le plus fréquente de douleurs au sein, puisqu’il arrive fréquemment que la patiente atteinte soit asymptomatique.

C