Skip to contentSkip to navigation

Syndrome du côlon irritable ou maladie inflammatoire de l'intestin : comment les distinguer?

Dr Raymond Lepage
Conseiller scientifique sénior

Quelles sont les principales distinctions entre les deux affections?

C’est l’absence d’inflammation de votre tube digestif dans le syndrome du côlon irritable (SCI) qui constitue la principale différence entre le SCI et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). L’inflammation est un mécanisme de défense de l’organisme contre toutes sortes d’agressions : présence de corps étrangers (substances étrangères, infections virales, bactériennes ou parasitaires, cellules cancéreuses ou provenant d’une greffe tissulaire, substances allergènes, etc.) ou traumas (autant les traumas « de tous les jours » comme les blessures articulaires que ceux causés par une chirurgie ou des brûlures). Dans le cas de maladies dites « auto-immunes », le système de défense se dérègle et se met à considérer des constituants normaux de l’organisme comme des corps étrangers. La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont vraisemblablement causées par une réponse immunitaire inappropriée aux bactéries normalement présens dans votre tube digestif.   

La mobilisation de vos globules blancs

La réaction inflammatoire implique la mobilisation de vos globules blancs au site d’agression. Ce phénomène est parfois même visible à l’œil nu sous forme de pus autour d’un corps étranger comme une écharde : le liquide blanchâtre contient, entre autres, un très grand nombre de globules blancs (aussi appelés neutrophiles). Dans une réaction inflammatoire de votre tube digestif, les neutrophiles envahissent la portion de la muqueuse intestinale atteinte. Ces globules blancs, ainsi que l’ampleur des dégâts qu’ils causent sont identifiés lors de l’examen d’une biopsie de la paroi intestinale obtenue généralement lors d’une coloscopie.

Lorsque les neutrophiles sont présents au site de l’inflammation, ils relâchent dans le milieu toute une série de marqueurs spécifiques, dont une protéine appelée calprotectine. Ces marqueurs peuvent se retrouver dans votre sang où ils indiquent la présence d’un processus inflammatoire dans l’organisme sans pouvoir préciser cependant quel est l’organe atteint. C’est différent pour les maladies inflammatoires de l’intestin, puisqu’on peut identifier la présence de ces marqueurs directement dans un échantillon de vos selles! La présence de quantités significatives de calprotectine dans un échantillon de selles indique à coup sûr que des neutrophiles (et donc de l’inflammation) sont présents dans la paroi de votre intestin. Si vous avez de l’inflammation, votre médecin prescrira des tests supplémentaires (coloscopie, etc.) pour préciser la cause et la nature de cette inflammation. En absence de calprotectine, donc d’inflammation, et en tenant compte d’autres critères peu en faveur du SCI (voir la liste ci-dessous), votre médecin pourra conclure que vous souffrez très probablement d’un syndrome du côlon irritable et adapter votre suivi médical en conséquence.

Quels sont les symptômes qui ne sont pas compatibles avec un SCI?

Voici une liste de conditions ou de symptômes peu compatibles avec un SCI :

  • début des symptômes après 50 ans
  • symptômes sévères ou s’aggravant progressivement
  • perte de poids inexpliquée
  • diarrhées nocturnes
  • histoire familiale de maladies gastro-intestinales (cancer du côlon, maladie cœliaque et maladies inflammatoires de l’intestin)
  • saignements rectaux ou méléna (selles noires)
  • anémie ferriprive (due à une carence en fer) inexpliquée

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 800 463-7674.

Explorez la collection des Paroles de spécialistes chez Biron.