Skip to contentSkip to navigation

Le syndrome du côlon irritable, un trouble intestinal insistant

Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Vulgarisateur scientifique

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est le trouble digestif le plus fréquemment diagnostiqué. On estime que 10 % à 20 % de la population pourraient être touchée par ce syndrome, ce qui en fait la cause d’absence au travail la plus courante après le rhume [1]. Heureusement, des traitements existent pour soulager les symptômes de ce trouble, même si la communauté scientifique peine encore à en déterminer la source.

Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable?

Il s’agit d’une affection du système digestif. Elle se manifeste par des douleurs abdominales, des ballonnements et provoque une modification du transit intestinal, notamment de la constipation ou de la diarrhée.

Quelles sont les causes de ce trouble digestif?

Plusieurs hypothèses sont à l’étude pour expliquer les origines exactes du SCI, même si aucune n’a encore pu expliquer le phénomène dans son ensemble. Voici quelques-unes des principales thèses:

  • Des contractions ou spasmes anormaux du côlon et des intestins: cette piste n’explique pas toutes les situations, et il est difficile de déterminer si les contractions sont une cause ou une conséquence du syndrome.
  • Une infection gastro-intestinale: aucune étude n’a encore pu démontrer dans quelle mesure une telle infection pourrait déclencher ce trouble. De plus, la majorité des personnes atteintes n’ont pas d’antécédents de ce type.
  • Les intolérances, allergies ou sensibilités alimentaires: ces pistes sont difficiles à prouver. Pour valider cette hypothèse, il faut supprimer à tour de rôle certains groupes alimentaires afin d’évaluer leur incidence sur les symptômes. Ce procédé ne peut donc s’accomplir que sous la supervision de médecins ou de nutritionnistes pour éviter des carences nutritives importantes et des risques pour la santé.
  • Une forte sensibilité à la douleur au niveau des intestins: appelée hyperalgésie viscérale, cette pathologie entraîne une hypersensibilité aux mouvements et gaz dans les intestins, même à fréquence et intensité normales. Dans ces situations, des médicaments qui diminuent la perception de la douleur peuvent constituer un traitement efficace [2].

Les symptômes du syndrome du côlon irritable

Le SCI est principalement observé dans la population adulte, il est aussi plus fréquent chez les femmes. Les différentes manifestations de ce syndrome sont les suivantes :

  • Douleur abdominale: elle se présente sous forme de crampes au ventre d’intensité variable. Le stress émotionnel est parfois un facteur déclencheur. La plupart du temps, le fait d’aller à la selle permet de soulager la douleur. 
  • Modification des habitudes intestinales: le SCI peut provoquer de la diarrhée, de la constipation ou une combinaison de ces 2 affections.
    • Diarrhée : dans ce cas, les selles surviennent généralement le matin ou après les repas. Elles sont souvent suivies d’un sentiment de vidange incomplète. Un écoulement muqueux peut éventuellement être observé après la selle.
    • Constipation : elle peut être intermittente et durer plusieurs jours. Les selles sont souvent dures et en forme de boulettes. De plus, l’impression que l’intestin n’est pas complètement vidé peut conduire à forcer inutilement.
  • Autres symptômes courants : ballonnements, gaz, flatulences, éructations [3].

Comment repérer et traiter le syndrome du côlon irritable?

Dans la plupart des cas, l’énumération des différents symptômes par le sujet peut suffire à un ou une médecin pour poser un diagnostic. Dans ces conditions, les examens vont permettre principalement d’écarter d’autres hypothèses.

Analyses possibles

  • Analyses sanguines : vérifier la présence d’anémie, de diabète ou de tout changement susceptible d’affecter le tube digestif.
  • Examen des selles : repérer la présence de calprotectine, de sang, de bactéries ou de parasites.
  • Tests par imagerie : identifier de possibles ulcère, cancer, polype (grosseur sur la paroi des intestins) ou autres maladies intestinales.
  • Tests alimentaires : éliminer la possibilité d’intolérance au lactose ou de la maladie cœliaque (liée à une réaction du système immunitaire au gluten) [4].

Traitements du SCI

Les possibilités pour réduire la douleur et les symptômes reliés au syndrome du côlon irritable sont nombreuses. Il est souvent préconisé d’essayer différentes combinaisons de traitements pour maximiser les chances de guérison. Le processus est assez long et réclame une observation constante des symptômes afin d’adapter le traitement au fur et à mesure.

  • Changement d’alimentation : il permet d’observer la manière dont le corps réagit à tous les aliments qui peuvent avoir une incidence sur la digestion. Il consiste par exemple à supprimer le lactose ou à augmenter la consommation de fibres dans son régime alimentaire.
  • Médication : les médicaments disponibles actuellement ne guérissent pas le SCI, ils permettent simplement d’agir sur les conséquences et non les causes. Ils vont donc soulager les symptômes de diarrhée, de constipation ou de douleur abdominale.
  • Thérapies psychosociales : le stress et l’anxiété sont reconnus comme des facteurs déclencheurs ou aggravants de syndrome du côlon irritable. Dans ces situations, certaines thérapies peuvent avoir un effet positif. Le corps médical pourra également prescrire des anxiolytiques ou des antidépresseurs dont certains ont le double avantage de réduire les symptômes et la sensation de douleur abdominale.
  • Exercice physique: une activité régulière facilite le transit intestinal et peut favoriser le rétablissement. Une bonne hygiène de vie est l’un des facteurs prédominants dans l’atteinte de la guérison [5].  

Vivre avec le syndrome du côlon irritable

Bien que le SCI soit une affection particulièrement désagréable à vivre au quotidien, il est possible de contrôler les symptômes et de mener une vie à peu près normale. Dans la plupart des cas, un suivi médical approprié évite également aux patients de développer de graves problèmes de santé. 

Le SCI demande une modification importante des habitudes alimentaires. Des tests sur les différents groupes alimentaires permettent en effet d’observer leur incidence sur les symptômes et d’adapter un régime spécifique par la suite, en fonction des résultats. 

Avec un suivi médical, un traitement adapté et une bonne hygiène de vie, jusqu’à un tiers des cas ont des chances de guérison. Et, même si celle-ci n’est pas toujours complète, cette méthode permet, à tout le moins, de rendre ce syndrome plus supportable. 

Pour du soutien professionnel, nous sommes là.

Nous offrons des services qui peuvent aider votre médecin à diagnostiquer des troubles liés au côlon irritable et les problèmes de santé qui y sont associés et à déterminer le traitement approprié.

Vous avez une ordonnance médicale en main pour un de ces tests? Prenez rendez-vous en ligne ou joignez le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2712.

Sources2
  1. [1], [2], [3], [5] J Talley N. (2020, août). « Éducation des parents : syndrome du côlon irritable (au-delà des bases) ». https://www.uptodate.com/contents/irritable-bowel-syndrome-beyond-the-basics?search=irritable%20bowel%20syndrome&topicRef=15457&source=related_link
  2. [4] Équipe de la Canadian Digestive Health Foundation. (2022). « Syndrome du côlon irritable (SCI) ». https://cdhf.ca/fr/digestive-disorders/syndrome-du-colon-irritable-sci/test-et-traitement-du-sci/
Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Vulgarisateur scientifique