Skip to contentSkip to navigation
SERVICES ESSENTIELS : Nos services sont maintenus pendant la période de confinement.

Santé A à Z  —  6 minutes

Le biofeedback, une solution à la constipation chronique due à l'anisme

16 février 2021
Équipe Biron
info@biron.com

On souffre tous un jour ou l’autre de constipation avec son lot de ballonnements et de douleurs abdominales. Pour certaines personnes, c’est un problème récurrent qu’elles peuvent soulager en consommant davantage de fibres ou encore en prenant des émollients fécaux ou des laxatifs.

Mais il arrive que ces traitements ne fonctionnent pas. Dans les cas de constipation chronique, le biofeedback peut se révéler un précieux allié, notamment pour les personnes qui souffrent de dysfonctionnement du plancher pelvien, ou anisme. Cette technique, qui permet de rééduquer certains muscles afin de favoriser la défécation, aurait contribué à l’amélioration de l’état des patients dans 70 à 80 % des cas [1]. Il serait plus efficace que les laxatifs [2] ou que des médicaments comme le diazépam [3].

À lire aussi : Quand faut-il s’inquiéter des maux de ventre?

Qu’est-ce que l’anisme ?

L’anisme se produit lorsque les muscles responsables de l’évacuation des selles sont désynchronisés. C’est pourquoi on parle aussi de dyssynergie pelvienne ou de constipation dyssynergique, le mot « dyssynergie » faisant référence à des troubles de coordination des mouvements.

Habituellement, quand nous allons à la selle, nos muscles abdominaux se contractent pour expulser la matière fécale tandis que le plancher pelvien et le sphincter se relâchent pour la laisser passer. C’est un mouvement presque aussi naturel que de respirer ou de déglutir.

Chez les personnes souffrant de constipation dyssynergique, les muscles font le contraire de ce que leur cerveau leur dit de faire : les abdominaux ne poussent pas suffisamment et le sphincter se contracte. Il arrive aussi que, malgré une bonne poussée abdominale, le sphincter reste désespérément fermé.

L’anisme touche environ 40 % des gens atteints de constipation chronique [4], mais il n’est pas facile de détecter soi-même ce mauvais synchronisme des muscles. Il doit être diagnostiqué par un gastroentérologue au moyen d’un examen du rectum. Une manométrie anorectale permet d’abord de mesurer les variations de pression au niveau du sphincter anal, puis un test d’expulsion du ballonnet évalue le temps que prend un patient à expulser un ballonnet rempli d’air ou de liquide de son rectum [5].

À lire aussi : Comment le stress influence votre santé gastro-intestinale

Comment agit le biofeedback ?

Le biofeedback, ou rétroaction biologique, est une méthode de rééducation. Il consiste à placer des capteurs sur des parties du corps afin de mesurer les réactions physiologiques en temps réel et d’aider le patient à contrôler ou à corriger certains processus involontaires qui lui causent des désagréments. Un professionnel accompagne le patient pour lui expliquer ce que signifient les mesures et comment les utiliser pour apporter les changements souhaités.

Cette technique, qui permet de réduire des stress autant physiques que psychologiques, est utilisée pour traiter plusieurs affections, comme les migraines et les maux de tête de tension, l’incontinence urinaire et la douleur chronique.

Dans le cas de l’anisme, l’objectif du biofeedback est d’améliorer la coordination des muscles abdominaux, rectaux, du plancher pelvien et du sphincter anal impliqués dans l’évacuation des selles. Le patient peut visualiser la contraction et le relâchement de ses muscles au moyen d’une sonde rectale reliée à un moniteur. Il peut ainsi mieux prendre conscience de ses efforts et apprendre à les contrôler.

Au fil des séances de rééducation et grâce aux conseils du professionnel, le patient apprend à maîtriser les efforts adéquats pour assurer une parfaite synchronisation de ses muscles et corriger la tendance à la dyssynergie. Après les quatre à six séances recommandées [6], le patient devrait pouvoir contrôler ses muscles sans le recours à un appareil et retrouver un mode normal de défécation.

Où se faire traiter ?

Si vous souffrez de constipation chronique, vous devez d’abord consulter un omnipraticien ou un gastroentérologue afin de diagnostiquer le problème et voir si le biofeedback anorectal est recommandé dans votre cas.

Ce traitement, qui nécessite des instruments de mesure, est généralement administré dans un hôpital ou une clinique privée par un physiothérapeute, un médecin, une infirmière ou un technicien spécialisé. Biron n’offre pas ce type de traitement.

Mais de nouvelles solutions à domicile sont actuellement testées aux États-Unis avec un taux de succès similaire à celui du traitement administré par un professionnel [7]. Ce dispositif pourrait apporter un réel soulagement à de nombreuses personnes qui n’ont pas accès au traitement de biofeedback en clinique ou pour qui ce traitement représente une source d’embarras.

Malgré ses inconvénients, le biofeedback peut se révéler une option thérapeutique utile lorsque les médicaments et les changements dans l’alimentation n’arrivent pas à corriger la constipation causée par une mauvaise coordination des muscles du rectum et du sphincter.

À lire aussi : Mieux comprendre le microbiome

Pour du soutien professionnel, nous sommes là.

  1. Practice for the Management of Chronic Constipation and Fecal Incontinence », Journal of the Canadian Association of Gastroenterology, août 2019, vol. 2, no 3, p. 126-131. https://academic.oup.com/jcag/article/2/3/126/5053844
  2. Chiaroni, Giuseppe, Whitehead, William E., Pezza, Vincenzo, Morelli, Antonio, et Bassotti, Gabrio, « Biofeedback Is Superior to Laxatives for Normal Transit Constipation Due to Pelvic Floor Dyssynergia », Gastroenterology, mars 2006, vol. 130, no 3, p. 657-664. https://www.gastrojournal.org/article/S0016-5085(05)02274-2/fulltext
  3. Heymen, S., Scarlett, Y., Jones, K., Ringel, Y., Drossman, D., Whitehead, W.E. « Randomized, controlled trial shows biofeedback to be superior to alternative treatments for patients with pelvic floor dyssynergia-type constipation », Diseases of the Colon & Rectum, octobre 2009, vol. 52, no 10, p. 1730-1737. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3855426/
  4. Rao, Satish S.C. « Biofeedback Therapy for Constipation in Adults », Best Practices & Research Clinical Gastroenterology, février 2011, vol. 25, no 1, p. 159-166. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3073852/
  5. Rao, Satish S.C. et Patcharatrakul, Tanisa, « Diagnosis and treatment of dyssynergic defecation», Journal of Neurogastroenterology and Motility, juillet 2016, vol. 22, no 3, p. 423-435. http://www.jnmjournal.org/journal/view.html?doi=10.5056/jnm16060
  6. Rao, Satish S.C., Benninga, Marc A., Bharucha, Adil E., Chiarioni, Giuseppe, Di Lorenzo, Carlo, et Whitehead, William E. « ANMS-ESNM Position Paper and Consensus Guidelines On Biofeedback Therapy for Anorectal Disorders », Neurogastroenterology & Motility, mai 2015, vol. 27, no 5, p. 594-609. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4409469/
  7. « Home-Based Biofeedback Therapy Is Effective Option for Tough-to-Treat Constipation », Medical X-Press, Collège médical de Géorgie de l’Université d’Augusta, 22 octobre 2018. https://medicalxpress.com/news/2018-10-home-based-biofeedback-therapy-effective-option.html