Skip to contentSkip to navigation

La grossesse

Prenez en charge votre grossesse!

La grossesse est certainement une période emballante de la vie, remplie de joie et d’excitation. Toutefois, il s’agit aussi d’une expérience nouvelle, et vous vous poserez beaucoup de questions en ce qui concerne votre santé et celle de votre bébé.

une femme enceinte

Le soutien à la grossesse

Quelle est la première étape à suivre pour prendre en charge votre grossesse? Au Canada et au Québec, vous pouvez compter sur de l’information accessible et fiable. Tous les programmes provinciaux de santé publique au Canada offrent du soutien à la femme enceinte, du premier au dernier trimestre, ainsi qu’après l’accouchement :

  • Votre professionnel de la santé pourra déterminer à quelle étape se situe votre grossesse et il est votre point de contact le plus fiable pour obtenir toute l’information dont vous avez besoin pour prendre de bonnes décisions à ce sujet.
  • L’Agence de la santé publique du Canada vous offre un guide pratique que vous pouvez télécharger sur tous les aspects et étapes de votre grossesse.
  • L’Institut national de santé publique du Québec vous offre le guide Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans.

Les étapes de la grossesse

Le premier trimestre : les changements physiques

Le premier trimestre – les 14 premières semaines. Les premiers organes de l’embryon apparaissent (tête, tronc, bras et jambes) et à 14 semaines, il mesure environ 9 centimètres.

Au cours du 1er mois de votre grossesse, vous pouvez être très fatiguée et éprouver une envie de dormir irrésistible. Les symptômes suivants peuvent se manifester :

  • Des seins gonflés et douloureux
  • Des nausées matinales (et parfois au cours de la journée)

2e mois de grossesse

Changements hormonaux importants :

  • Adrénaline (sensation de stress ou d’agitation)
  • Endorphines (sensation de bien-être)
  • Œstrogènes (vertus excitantes)
  • Progestérone (effet sédatif)

3e mois de grossesse

Les symptômes que vous avez éprouvés au début de votre grossesse (comme les nausées et vomissements, la fatigue, une poitrine tendue et douloureuse) commencent à disparaître.

Le deuxième trimestre (de la 15e à la 29e semaine)

La présence de votre bébé vous semble plus réelle parce qu’il grandit. Il commence à bouger et vous pouvez sentir ses mouvements. À la fin du 2e trimestre, le fœtus mesure environ 25 cm de la tête au coccyx et pèse environ un kilogramme.

Troubles d’insomnie
Vous pouvez souffrir d’insomnie, peut-être parce que vous vous souciez de votre santé et de celle de votre bébé (p. ex. : est-ce que mon bébé sera normal et en santé?)

De plus, pendant ce trimestre, vous devez vous soumettre à des examens pour déterminer si votre bébé présente des anomalies physiques et physiologiques (trisomie 21, diabète gestationnel, toxoplasmose, dépistage échographique des malformations fœtales). Tous ces tests peuvent contribuer à augmenter votre anxiété.

Une bonne hygiène de sommeil peut vous aider à mieux récupérer :

  • Prenez un repas léger le soir
  • Évitez de boire du café ou du thé
  • Dormez dans une chambre sombre, silencieuse et reposante
  • Lisez avant de vous coucher
  • Prenez un bain chaud avant le coucher pour favoriser la détente

Votre médecin vous a prescrit une échographie obstétricale et de clarté nucale? Informez-vous sur l’examen PRÉNATEST(MD) proposé chez Biron.

Le troisième trimestre (29e à 40e semaine)

Votre bébé se prépare à naître : il est maintenant éveillé, il réagit aux bruits extérieurs et aux caresses sur votre ventre. Ses poumons continueront à se développer et il pourra respirer aisément à la naissance.

Comment décider s’il est temps de vous rendre au lieu d’accouchement

Le début de l’accouchement se manifeste par :

  • La perte du bouchon muqueux qui bloque le col de l’utérus, apparition de glaires et de sang
  • L’intensification des contractions : durcissement de votre ventre d’une durée de quelques secondes, accompagné de contractions plus constantes qui augmentent aussi de façon progressive (de plus en plus longues, fortes, rapprochées et douloureuses)
  • La perte des eaux, soit le liquide amniotique dans lequel se trouve votre bébé

La grossesse à risque

Certains signes témoignent que votre grossesse pourrait être à risque élevé :

Hypertension

Chez certaines femmes, l’hypertension se manifeste uniquement pendant la grossesse. Vous êtes à risque si vous souffrez déjà d’hypertension, si vous avez déjà fait de l’hypertension lors d’une grossesse antérieure, ou si vous attendez des jumeaux.

Diabète de grossesse

Le diabète pendant la grossesse est appelé « diabète gestationnel ». Ce trouble est causé par une augmentation du taux de sucre dans votre sang, laquelle est liée à la production de certaines hormones par le placenta. Le diabète gestationnel ne présente aucun risque de malformation pour votre bébé et une de ses répercussions les plus fréquentes est un bébé plus gros que la moyenne, ce qui peut entraîner un accouchement laborieux. Il peut aussi être la cause de diabète et de difficultés respiratoires chez votre bébé à la naissance.

Les jumeaux : une grossesse à risque élevé

La grossesse gémellaire est à risque élevé. Votre grossesse sera alors suivie de façon plus intense et sera sujette à plus d’examens médicaux et de rendez-vous avec votre professionnel de la santé.

Une grossesse gémellaire entraîne fréquemment les problèmes suivants :

  • Possibilité de bébés prématurés, car l’accouchement peut commencer avant terme
  • Syndrome transfuseur-transfusé : pour les jumeaux identiques, des anomalies peuvent survenir si le sang provenant du même placenta n’est pas distribué de façon égale
  • Deuxième bébé : à sa naissance, le deuxième bébé peut éprouver des complications liées au cordon ombilical, des problèmes du placenta, ou une présentation anormale

Grossesse tardive

Une grossesse tardive est aussi considérée comme à risque. Si vous êtes d’un âge avancé, il se peut que vous et votre bébé soyez plus à risque de souffrir de complications (10 fois plus à risque), notamment :

  • Diabète gestationnel
  • Hypertension artérielle et prééclampsie, surtout si l’âge avancé est accompagné de surpoids et de tabagisme
  • Placenta prævia
  • Césarienne
  • Hémorragie lors de l’accouchement
  • Anomalie chromosomique, notamment la trisomie 21 (le risque est estimé à 1 naissance sur 1 500 naissances pour les mères qui ont 20 ans, 1 sur 1 000 à 30 ans, 1 sur 400 à 35 ans, 1 sur 187 à 38 ans et 1 sur 100 à 40 ans. Le risque de trisomie 13 et 18 s’accroît aussi avec l’âge maternel).
  • Malformations congénitales : de 3,5 % à 25 ans, ce taux passe à 5 % à 40 ans
  • Retard de croissance in utero (RCIU)
  • Mortalité néonatale

Les tests médicaux

Début de la grossesse – prise de sang pour vérifier votre immunité à certaines maladies (p. ex. : rubéole, ITSS)

10e semaine – échographie pour établir la date de conception et faciliter le calcul de la date prévue d’accouchement (DPA). Il est utile de noter que les échographies qui vous seront proposées lors de votre grossesse ne sont pas toutes obligatoires.

Entre la 9e et la 14e semaineclarté nucale (mince espace translucide entre les muscles et la peau du cou du fœtus)

De la 10e à la 13e semaine – test de dépistage de la trisomie 21. Il existe deux options : la première consiste en deux prises de sang (une autre sera effectuée entre la 14e et 16e semaine) et permet de détecter les risques de trisomie 21. La deuxième option est un prélèvement sanguin réalisé à compter de la 10e semaine. Il analyse le matériel génétique dans votre sang et permet d’évaluer le risque de trisomie 21, 13 et 18, entre autres. Ces tests ne déterminent pas si le bébé est atteint ou non. Si le risque de trisomie est élevé, un test diagnostique sera offert (p. ex. : amniocentèse).

Entre la 11e et la 13ee semaine – biopsie choriale : il s’agit d’une biopsie du placenta effectuée à l’aide d’une fine aiguille introduite dans votre ventre. Elle permet de détecter certaines anomalies génétiques chez le bébé et elle est recommandée lorsque le risque d’anomalie génétique est élevé. Cette biopsie est liée à un risque de fausse couche de 1 %, soit 1 sur 100.

À compter de la 15e semaine – amniocentèse : analyse qui consiste à prélever une petite quantité de liquide du sac amniotique (ne représentant que quelques millilitres) à l’aide d’une aiguille fine introduite dans votre ventre. L’examen peut révéler des anomalies génétiques (comme la trisomie) chez votre bébé. L’amniocentèse est surtout recommandée chez les futures mères qui ont plus de 35 ans et chez celles qui ont des risques particuliers. La procédure est liée à un risque de fausse couche situé entre 0,25 % et 0,5 % (de 1 sur 400 à 1 sur 200).

Entre la 18e et la 22e semaine – échographie pour voir si votre bébé se développe bien.

Entre la 24e et la 28e semaine – prise de sang pour déterminer si vous souffrez de diabète gestationnel

Entre la 34e et la 37e semaine – test de détection du streptocoque B (il s’agit d’un prélèvement vaginal qui est effectué rapidement avec un coton-tige et qui ne cause aucune douleur)

La grossesse ectopique

La grossesse ectopique, touchant 2 % de toutes les grossesses, est le résultat d’un œuf fécondé qui s’implante à l’extérieur de l’utérus et non à sa place naturelle, dans l’utérus. Elle représente une des causes les plus importantes de mortalité de la mère.

Les causes possibles et les facteurs de risque liés à une grossesse ectopique

Vous êtes plus à risque de subir une grossesse ectopique si vous avez subi une ligature des trompes qui n’a pas bien réussi, si vous avez des antécédents de grossesse extra-utérine, ou si vous avez éprouvé une infection ou subi une intervention chirurgicale dans la région pelvienne.

Le port du stérilet (surtout ceux qui contiennent de l’œstrogène) et la pilule contraceptive contenant seulement de la progestérone sont aussi plus susceptibles d’entraîner une grossesse extra-utérine.

Symptômes

La grossesse ectopique se manifeste par des saignements vaginaux à intervalles irréguliers et des crampes abdominales. Ces saignements sont causés par un œuf fécondé qui se développe et qui déchire les parois de la trompe de Fallope (souvent entre les 6e et 8e semaines après les dernières règles).

Ces saignements peuvent entraîner une chute de pression et des symptômes liés au choc (pâleur, transpiration excessive et évanouissements). Plus la grossesse ectopique est avancée, plus les risques pour la santé de la mère sont sérieux.

Les traitements

Si votre utérus ne prend pas d’expansion pendant la grossesse, votre professionnel de la santé voudra déterminer s’il y a grossesse extra-utérine. Il vous prescrira une échographie pour déterminer si votre utérus est vide, et il tentera de déterminer où le fœtus s’est implanté. Une fois repéré, le fœtus sera retiré en administrant un médicament comme le méthotrexate, ou par laparoscopie.

La laparoscopie est une intervention chirurgicale consiste à insérer un mince tube dans la cavité abdominale. Ce tube est doté d’une caméra et d’instruments chirurgicaux. Si un œuf s’est développé dans la trompe de Fallope, cette dernière doit être coupée et guérira naturellement par la suite (même avec une seule trompe de Fallope, vous pouvez de nouveau devenir enceinte).

Les saignements en début de grossesse

En début de grossesse, des petits saignements non graves peuvent se manifester. Par contre, à tout stade de la grossesse, nous vous recommandons d’en parler à votre professionnel de la santé. Les saignements en début de grossesse peuvent s’expliquer de différentes façons, notamment :

  • Nidation – quand l’œuf s’attache à la muqueuse utérine (environ 7-8 jours après la fécondation), des saignements minimes et bénins peuvent se manifester
  • Grossesse extra-utérine (GEU)
  • Fausse couche – un arrêt spontané de la grossesse, qui entraîne souvent des symptômes comme la perte de sang accompagnée de douleurs dans le bas du ventre
  • Hématome décidual (ou décollement placentaire partiel) – au cours du processus de nidation, le placenta peut se décoller et causer un hématome qui disparaît de façon spontanée. S’il s’aggrave progressivement, il peut causer une fausse couche.
  • Grossesse molaire – cette complication est causée par une anomalie des chromosomes. Elle est très rare et se caractérise par le développement anormal du placenta et l’absence de l’embryon. En général, la grossesse molaire se manifeste par des saignements internes qui augmentent le volume de l’utérus et amplifient les signes de grossesse. Elle peut aussi causer une fausse couche spontanée.

Saignements qui surviennent à la fin de la grossesse

  • L’hématome rétroplacentaire se manifeste quand le placenta se détache sur une grande surface et cause un hématome entre la paroi de l’utérus et le placenta. Considéré comme une urgence médicale, il doit être traité par césarienne.
  • Le placenta prævia est un placenta qui est considéré comme étant implanté trop bas. Les contractions provoquées par la fin de la grossesse peuvent causer un décollement du placenta et des saignements. Vous devrez être au repos total jusqu’à la fin de votre grossesse et subir une césarienne.

La grossesse et le risque d’apnée du sommeil

Les changements physiques qui accompagnent la grossesse ont souvent des conséquences importantes sur la qualité et la quantité de votre sommeil. Ils peuvent aussi accroître votre risque de souffrir d’apnée obstructive du sommeil ou de syndrome des jambes sans repos, particulièrement pendant le dernier trimestre.

L’apnée du sommeil pendant la grossesse peut causer des complications comme :

  • L’hypertension artérielle gravidique
  • La prééclampsie
  • Le retard de croissance intra-utérin
  • Le diabète gestationnel

Si vous souffrez d’insomnie ou d’un sommeil perturbé au cours de votre grossesse, parlez-en à votre professionnel de la santé.

Inquiet par la qualité de votre sommeil? Vous avez des problèmes d’attention, de somnolence ou de ronflements? Apprenez-en plus sur les troubles du sommeil.

Ressources supplémentaires

Nous avons sélectionné quelques ressources supplémentaires pour vous aider à vous orienter dans votre grossesse.

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2715.

Explorez la collection des Petits Guides Biron.

Vous avez d'autres questions?

Communiquez avec un agent du service à la clientèle!