Skip to contentSkip to navigation
COVID-19 : SERVICES ESSENTIELS - Nous sommes ouverts. Certains services sont modifiés. Détails au biron.com/fr/coronavirus

Petit Guide Biron — 9 minutes

L'impact de l'obésité sur votre santé

L’obésité : définition, diagnostic et causes

pieds d'enfant sur une balance

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), « le surpoids et l’obésité se caractérisent par une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ».

L’OMS déclare qu’à l’échelle mondiale :

  • le nombre de cas d’obésité a presque triplé depuis 1975;
  • en 2016, plus de 1,9 milliard d’adultes (18 ans et plus) étaient en surpoids. Sur ce total, plus de 650 millions étaient obèses;
  • 39 % des adultes de 18 ans et plus étaient en surpoids en 2016 et 13 % étaient obèses;
  • la majorité de la population mondiale vit dans des pays où le surpoids et l’obésité font davantage de morts que la minceur excessive;
  • en 2016, 41 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses;
  • en 2016, plus de 340 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 5 à 19 ans étaient en surpoids ou obèses;
  • Plus près de nous, Statistique Canada indique qu’en 2018 , 36,3 % des Canadiens de 18 ans ou plus souffraient d’embonpoint et que 26,8 % (25 % des Québécois) étaient obèses. C’est donc plus de 63 % de la population canadienne qui est à risque de problèmes de santé associés au surpoids et à l’obésité.

Parfois, il est difficile de savoir si on souffre de surpoids ou d’obésité. Les Lignes directrices canadiennes pour la classification du poids chez les adultes de Santé Canada sauront vous aider. Fondées sur les recommandations de l’OMS, les lignes directrices estiment le surpoids et l’obésité en utilisant l’indice de masse corporelle (IMC), une mesure du poids par rapport à la taille (le poids est divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2).

Cliquez ici pour accéder au calculateur d’IMC d’Extenso, le Centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal.

Santé Canada recommande de ne pas utiliser de calculateur en ligne pour évaluer le surpoids ou l’obésité si vous avez moins de 18 ans ou si vous êtes enceinte ou allaitez. D’autres facteurs doivent être pris en compte si vous êtes naturellement très mince, avez une forte musculature, n’avez pas terminé votre croissance ou avez plus de 65 ans. Santé Canada classe comme suit les risques pour la santé en fonction de l’IMC :

Classification Catégorie d'IMC Risque de développer des problèmes de santé
Poids insuffisant < 18,5 Accru
Poids normal De 18,5 à 24,9 Moindre
Poids excessif De 25,0 à 29,9 Accru
Obésité de classe I De 30,0 à 34,9 Élevé
Obésité de classe II De 35,0 à 39,9 Très élevé
Obésité de classe III > 40,0 Extrêmement élevé

On tient aussi compte de facteurs comme le tour de taille, qui peut aider à détecter un excès de graisse dans l’abdomen (on parle d’obésité abdominale si le tour de taille est supérieur à 88 cm pour une femme et à 102 cm pour un homme), et le rapport tour de taille/tour de hanches qui détermine de façon plus précise la répartition du gras dans le corps (ce rapport est considéré comme élevé lorsqu’il est supérieur à 1 chez l’homme, et à 0,85 chez la femme).

Causes et facteurs de risque

L’obésité est un trouble chronique et complexe qui dépend de plusieurs facteurs comme l’activité physique, l’alimentation, la situation socio-économique, l’origine ethnique, l’environnement, le marketing alimentaire, la prédisposition génétique ainsi que la dépression et d’autres désordres psychologiques (boulimie, etc.).

Si le corps dépense moins de calories qu’il n’en consomme, l’obésité survient graduellement. Par les années passées, les professionnels de la santé ont souvent attribué l’obésité à un manque de maîtrise de soi et de détermination entraînant une alimentation excessive et malsaine. Aujourd’hui, ils disposent de beaucoup plus d’information sur les causes de l’obésité et se sont rendu compte qu’il s’agit d’un problème médical complexe associé à des facteurs génétiques, environnementaux, comportementaux et sociaux.

De plus, des recherches récentes ont révélé que certains facteurs génétiques peuvent avoir des répercussions sur l’appétit et le métabolisme des graisses qui mènent à l’obésité.

Toutefois, il faut rappeler que la prédisposition génétique ne constitue pas la principale cause de l’obésité. Différents facteurs (environnementaux, comportementaux) ont une plus grande influence (p. ex. : la consommation d’aliments riches en gras, l’absence ou l’insuffisance d’activité physique), et certains facteurs psychologiques peuvent aussi contribuer à l’obésité : un manque de confiance en soi, un sentiment de dévalorisation et de culpabilité, le stress, ou même un traumatisme peuvent déclencher un mécanisme de défense comme l’alimentation excessive. Différentes maladies, notamment l’hypothyroïdie et la maladie de Cushing entraînent aussi un gain de poids.

Risques pour votre santé

L’obésité a des répercussions considérables sur votre santé. Entre autres, elle peut causer : des troubles respiratoires (p. ex., apnée du sommeil, asthme), certains types de cancers (p. ex., le cancer de la prostate et de l’intestin chez l’homme, le cancer du sein et de l’utérus chez la femme), certaines maladies cardiovasculaires, des problèmes de reproduction, la dépression, le diabète, des troubles de la vésicule biliaire ou du foie, le reflux gastro-œsophagien, l’hypertension, un taux de cholestérol élevé et des problèmes musculosquelettiques.

De plus, l’obésité peut entraîner des problèmes psychosociaux, tels que l’intolérance sociale, de la difficulté à trouver un emploi et une qualité de vie moindre.

À lire aussi : L'impact de l'hypertension artérielle.

Les répercussions sur votre sommeil

Bien dormir

Le syndrome métabolique

On associe l’obésité à des anomalies métaboliques, soit le « syndrome métabolique » (SMet). Il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un trouble de la santé qu’il est nécessaire de traiter, car il peut augmenter le risque de développer différentes maladies chroniques. Les conditions suivantes permettent de poser un diagnostic de SMet :

  • Hypertension (≥ 130/85 mm HG, ou prise de médication)
  • Hyperglycémie (≥ 5,6 mmol/L, ou prise de médication)
  • Taux élevé de triglycérides (≥ 1,7 mmol/L, ou prise de médication)
  • Taux de cholestérol HDL faible (< 1,0 mmol/L chez l’homme et < 1,3 mmol/L chez la femme)
  • Tour de taille élevé (≥ 102 cm chez l’homme, 88 cm chez la femme; cette donnée peut varier selon l’origine ethnique)

L’apnée obstructive du sommeil est un signe de SMet. Si vos nuits sont trop courtes ou si votre sommeil est souvent perturbé, vous avez tendance à manger plus pendant la journée qui suit, parce que le sommeil contribue à la régulation des hormones comme la leptine, qui envoie les signaux de satiété, et la ghréline, qui stimule la sensation de faim.

À lire aussi : Les impacts d’un manque de sommeil sur le poids

Trouvez des réponses avec notre formulaire de dépistage en ligne.

Thé santé

Prévention

Comme le risque d’obésité chez l’adulte dépend en grande partie des habitudes alimentaires adoptées durant l’enfance, une mesure de prévention efficace consiste à inculquer le plus tôt possible de bons comportements à vos enfants. Les conseils suivants peuvent aider les parents :

  • Donnez l’exemple;
  • Prenez les repas en famille dans un environnement plaisant sans télévision;
  • Évitez de féliciter votre enfant lorsqu’il finit son assiette. Bien se nourrir est un comportement normal, et non une façon de faire plaisir à ses parents;
  • Évitez de récompenser ou de punir votre enfant avec de la nourriture;
  • Limitez sa consommation de jus de fruits, même naturels, à un seul verre par jour et privilégiez l’eau.

Traitement

Pour traiter efficacement l’obésité, il faut changer ses habitudes et en adopter de meilleures à long terme. Ce n’est pas une tâche aisée, et dans la majorité des cas, les recettes grand public et les régimes amaigrissants ne donnent pas les résultats escomptés. Il faut privilégier avant tout une approche personnalisée. Les meilleures solutions semblent impliquer une équipe multidisciplinaire formée d’un(e) professionnel(le) de la santé, pour le suivi médical et psychologique, d’un(e) diététiste, pour la composition des menus, et d’un(e) kinésiologue ou autre spécialiste de l’entraînement physique. Rappelons que perdre de 5 % à 10 % de son poids corporel entraîne déjà des améliorations mesurables de la santé.

Si les ajustements alimentaires, l’activité physique, la gestion du stress et des autres troubles psychologiques ne suffisent pas, on peut recourir à certains médicaments. Dans les cas d’obésité morbide (IMC supérieur à 40 ou IMC supérieur à 35 accompagné d’une maladie liée à l’obésité), la chirurgie bariatrique peut être la solution.

Pourquoi est-il si important de bien manger pour notre santé? Ce petit guide fait le ménage parmi les idées reçues.

Quelques recommandations de Santé Canada

Pour vous aider à atteindre et à maintenir un poids santé, Santé Canada formule les recommandations suivantes :

  • diminuer la taille et la fréquence des portions en évitant notamment les restaurants qui servent de grosses assiettes ou des mets à volonté;
  • restreindre sa consommation de boissons alcoolisées et de boissons sucrées, qui contiennent beaucoup de calories;
  • prévoir du temps tous les jours pour bouger : l’activité physique aide à brûler beaucoup de calories!
  • éviter les régimes « miracle » qui permettent de maigrir rapidement et qui, dans bien des cas, proscrivent des aliments. Vous reprendrez vite le poids perdu dès que vous retrouverez une alimentation normale.

Si votre poids vous préoccupe, adressez-vous à votre professionnel de la santé pour obtenir une évaluation complète et discuter des risques pour votre santé.

Pour en apprendre davantage sur la prévention de l’obésité :

Université de Montréal

Santé publique Canada

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2715.