Skip to contentSkip to navigation

Sommeil: Combien d'heures un enfant doit-il dormir?

Chaque enfant est unique, tout comme la façon dont il dort. Une bonne nuit de sommeil est aussi essentielle à la santé et au bien-être des enfants qu’elle l’est pour les adultes. Si vous disposez des bons renseignements, vous pouvez aider vos enfants à acquérir de bonnes habitudes dès le départ.

Encourager de bonnes habitudes de sommeil de la naissance à l’âge adulte

un bébé qui dort

Nous passons environ le tiers de notre vie à dormir, et parfois il peut sembler que vos enfants y consacrent beaucoup plus de temps que cela, ou qu’ils n’en consacrent pas du tout autant. Les enfants peuvent avoir de la difficulté à s’endormir la nuit ou à faire la sieste. Tout comme les adultes, s’ils ne dorment pas suffisamment et ne bénéficient pas d’un sommeil de qualité, leurs journées seront beaucoup plus difficiles. La bonne nouvelle, c’est que ces problèmes ne sont pas inhabituels : jusqu’à la moitié des personnes de moins de 18 ans souffriront d’insomnie. Et il ne s’agit pas du seul problème de sommeil qui est courant. Bien que chaque enfant soit différent, il peut être facile de comprendre comment l’aider à surmonter ses problèmes de sommeil.

Au fur et à mesure que le corps grandit et change, un sommeil sain constitue le fondement de tout le reste. Pendant le sommeil, le corps travaille fort pour se recharger en vue du lendemain, pour combattre les infections, pour reconstituer notre capacité de mémorisation et d’acquisition de nouvelles aptitudes, pour réduire le stress, ainsi que pour améliorer notre humeur générale. Le sommeil est l’un des aspects les plus importants de la santé et du bien-être de votre enfant, et les bonnes habitudes de sommeil s’acquièrent dès la naissance.

À l’instar de tout ce qui touche à la croissance, les habitudes de sommeil évolueront constamment. De nouveaux problèmes peuvent surgir à mesure que son corps change. Quel que soit l’âge de votre enfant, il existe une panoplie de trucs et d’astuces simples pour l’aider à acquérir de bonnes habitudes et à s’adapter à son corps en mutation et à ses besoins de sommeil changeants. Ce guide vous aidera également à déceler les signes de troubles du sommeil plus graves, qui pourraient poser des défis de taille à tous les membres de la famille.

La science du sommeil de l’enfant

Combien de temps mon enfant doit-il dormir?

Chaque enfant est différent. Certains dorment beaucoup et d’autres beaucoup moins. Le tableau suivant présente un aperçu général de la quantité de sommeil dont les enfants ont besoin sur une période de 24 heures, ce qui comprend les nuits de sommeil et les siestes faites pendant le jour. Bien que nous ayons établi certaines moyennes, ce qui importe plus que le nombre d’heures de sommeil, c’est de savoir si votre enfant dort suffisamment pour paraître reposé et fonctionner correctement pendant la journée. Idéalement, votre enfant devrait arriver à s’endormir sans difficulté, à rester endormi (selon l’âge) et à se réveiller frais et dispos le matin.

Conditionner son enfant pour qu’il ait des cycles de sommeil réguliers peut s’avérer particulièrement difficile quand on est un nouveau parent. Si votre enfant n’obtient pas le temps de sommeil moyen recommandé, il n’y a pas lieu de paniquer. Gardez le cap sur une routine et consultez votre médecin pour recevoir un soutien continu.

Bébés (de la naissance à 4 mois)

  • Quantité de sommeil nécessaire

Différent pour chaque enfant

  • Ce qu’il faut surveiller

Les nouveau-nés peuvent dormir jusqu’à 18 heures par jour, de 3 à 4 heures à la fois. Il est normal et sain pour eux de se réveiller la nuit pour se nourrir. Plus votre bébé grandit, plus ses périodes de sommeil se consolident et plus il reste éveillé pendant la journée et dort plus longtemps pendant la nuit.

Comme les adultes, les bébés ont besoin de repères pour apprendre quand il est l’heure de dormir. Par exemple, s’il est toujours mis dans son berceau à l’heure de la sieste et la nuit, il apprendra que c’est l’endroit où il dort. Même si votre bébé ne comprend pas tout de suite, il apprend vite et finira par faire le lien.

Peu après trois mois, votre bébé aura développé des habitudes de sommeil plus prévisibles, et vous serez en mesure d’établir un horaire de sieste plus régulier. Un journal de son sommeil vous aidera à établir un profil de sommeil régulier. Faites confiance aux indices que votre bébé vous donne. Il vous signalera quand il sera fatigué.

  • Habitudes saines de sommeil

    • Un bébé trop fatigué aura plus de difficulté à s’endormir. Les siestes aident les bébés à mieux dormir la nuit. Si vous les gardez éveillés pendant la journée, ils ne dormiront pas plus longtemps pendant la nuit.
    • Dès la naissance, votre bébé devrait dormir sur le dos, sur un matelas ferme, dans un lit d’enfant qui répond aux normes de sécurité canadiennes. La seule autre chose qui devrait se trouver dans le berceau, c’est une couverture.
    • Les sucettes peuvent réconforter les bébés et les aider à s’endormir. Cependant, si c’est possible pour vous, l’allaitement devrait être bien établi avant que les sucettes ne soient introduites.
    • Votre bébé se réveillera la nuit. Aussi difficile que cela puisse être, donnez-lui quelques minutes pour se rendormir avant d’aller le voir. Les bébés passent par des cycles de sommeil, tout comme les adultes, et ils peuvent devenir visiblement agités à certains moments durant ce cycle normal.
    • Évitez de stimuler votre bébé lorsque vous le nourrissez et que vous changez sa couche pendant la nuit.

Bébés (de 4 à 12 mois)

  • Quantité de sommeil nécessaire

De 12 à 16 heures

  • Ce qu’il faut surveiller

Les bébés plus âgés dorment environ 14 heures par jour, mais il peut être normal de dormir plus ou moins que cela ; chaque enfant est différent. À quatre mois, la plupart des bébés ont besoin de trois siestes par jour (le matin, l’après-midi et en début de soirée).

  • Habitudes saines de sommeil

    • Respectez un horaire régulier pour les siestes et le sommeil. En répétant les mêmes gestes chaque soir, vous l’aiderez également à créer une routine qui facilitera son sommeil. Il n’y a pas qu’une seule routine qui soit bonne ; vous découvrirez ce qui fonctionne pour vous et votre bébé.
    • Ne couchez pas votre bébé avec son biberon. Cette habitude favorise la carie dentaire et peut créer une dépendance au biberon pour s’endormir.
    • Empêchez votre bébé de s’endormir pendant l’allaitement.
    • Placez votre bébé éveillé ou endormi dans son lit avant qu’il ne soit complètement endormi. Cela l’aidera à apprendre à s’endormir seul quand il se réveillera la nuit.
    • Vers l’âge de six mois, si votre bébé se réveille la nuit et pleure, allez vérifier qu’il va bien et qu’il n’a ni trop froid ni trop chaud. Mais si vous le pouvez, résistez à l’envie de le sortir du berceau.

Bambins (de 1 à 2 ans)

  • Quantité de sommeil nécessaire

De 11 à 14 heures

  • Ce qu’il faut surveiller

La majorité des bambins de 1 à 2 ans dorment de 11 à 14 heures par jour.

  • Habitudes saines de sommeil

    • Assurez-vous de maintenir un horaire de sommeil régulier
    • Évitez de laisser votre enfant faire la sieste trop tard dans la journée, car cela peut nuire à son sommeil la nuit.
    • Aidez-le à se calmer environ une demi-heure avant de se coucher.
    • Soyez gentil, mais ferme si votre enfant ne veut pas aller au lit.
    • Gardez la chambre à coucher calme et confortable.
    • Les objets transitionnels (comme une couverture ou un animal en peluche) deviennent souvent importants à cet âge.
    • Les terreurs nocturnes peuvent commencer vers l’âge d’un an. Si votre enfant crie ou pleure, mais dort encore, il n’y a pas lieu de s’inquiéter ou de le consoler, sauf si vous pensez qu’il risque de se faire mal.

Enfants (de 3 à 10 ans)

  • Quantité de sommeil nécessaire

De 10 à 13 heures

  • Ce qu’il faut surveiller

Les enfants d’âge préscolaire dorment de 10 à 12 heures par jour. À l’âge de 3 ans, votre enfant ne fera probablement qu’une seule sieste par jour, mais beaucoup font encore une deuxième sieste. Ils peuvent aussi avoir de la difficulté à dormir et refuser d’aller au lit.

  • Habitudes saines de sommeil

    • Évitez de lui donner des boissons contenant de la caféine.
    • Une heure avant l’heure du coucher, évitez les écrans (télévision, tablette, ordinateur, jeux vidéo).
    • Plusieurs enfants essaient de repousser l’heure d’aller se coucher. Fixez des limites, comme le nombre de livres que vous leur lirez, et assurez-vous que vos enfants les connaissent.
    • N’ignorez pas les peurs de vos enfants à l’heure du coucher.
    • Si vos enfants font une sieste trop longue à la garderie, ils peuvent s’endormir plus tard dans la soirée. Si c’est le cas, vous pouvez réduire ou éliminer leur temps de sieste. Votre enfant s’endormira à une heure plus normale le soir.

Adolescent (de 11 à 18 ans)

  • Quantité de sommeil nécessaire

De 8 à 10 heures

  • Ce qu’il faut surveiller

Les adolescents ont besoin de 8 à 10 heures de sommeil par nuit. Ils auront tendance naturellement à s’endormir plus tard en soirée, ce qui est normal. Par contre, il est aussi important de protéger leur sommeil en gérant les apports de stimulation et les habitudes qui maintiennent le cerveau actif le soir. Il est important que les adolescents suivent une routine de vie, surtout avant de se coucher. Il est normal que les adolescents commencent à se coucher plus tard, en raison des changements hormonaux qui influent sur le cycle circadien, mais il est préférable de favoriser certains rituels et habitudes.

  • Habitudes saines de sommeil

    • Une heure avant l’heure du coucher, évitez les écrans (téléphone mobile, télévision, tablette, ordinateur, jeux vidéo). Envisagez d’utiliser les contrôles parentaux et d’autres fonctions du téléphone pour faire respecter cette règle.
    • Éteignez le téléphone mobile la nuit ou mettez-le en mode « Ne pas déranger ». L’entrée de textos est nuisible à un sommeil récupérateur.
    • Assurez-vous que votre enfant évite les boissons contenant de la caféine ou des stimulants.
    • Établissez une règle claire selon laquelle le lit est fait pour dormir. Pas d’ordinateur portable, de jeux vidéo ou de téléphone au lit.
    • Les devoirs doivent être faits à l’extérieur du lit.

Que dois-je faire si mon enfant ne dort pas assez ?

Il n’y a pas lieu de céder à la panique et de présumer qu’il s’agit d’un trouble. Faites de votre mieux pour réduire les distractions au minimum et pour favoriser l’établissement d’une routine. Un bon sommeil ne se mesure pas en fonction d’un nombre d’heures que les enfants doivent atteindre – vous pouvez suivre votre instinct. Si votre enfant s’endort relativement facilement la nuit, se réveille sans trop de difficulté et se sent relativement revigoré et fonctionnel pendant la journée, il y a de bonnes chances qu’il dorme assez pour ses besoins.

Quelles sont les conséquences si mon enfant ne dort pas suffisamment?

À court ou à moyen terme, s’il n’est pas correctement pris en compte, le manque de sommeil d’un enfant pourrait entraîner :

  • des troubles du comportement (p. ex. : hyperactivité, irritabilité) ;
  • de la somnolence pendant la journée ;
  • des troubles d’apprentissage (problèmes d’attention et de concentration, habiletés verbales et motrices affaiblies) ;
  • des conséquences sur la croissance et le poids de l’enfant.

Je soupçonne que mon enfant a un trouble du sommeil

Les enfants peuvent souffrir de troubles du sommeil dès la petite enfance. Ces troubles peuvent être mineurs ou transitoires chez les très jeunes enfants. Parfois, quelque chose de plus grave nécessite une attention particulière. Entre 5 et 12 ans, votre enfant peut éprouver des troubles du sommeil graves qui, s’ils ne sont pas traités, peuvent nuire à sa santé et à son développement physique et psychologique.

L’apnée obstructive du sommeil

L’apnée obstructive du sommeil peut se manifester par des ronflements, des pauses respiratoires accompagnées de bruits d’obstruction, et un sommeil agité.

Même s’il a dormi une nuit complète, il se peut que votre enfant paraisse fatigué le matin. Chez les enfants, on associe souvent ce trouble à une hypertrophie des adénoïdes ou des amygdales.

Ce n’est pas parce que votre enfant ronfle qu’il souffre d’apnée du sommeil. Il est relativement simple d’évaluer si c’est le cas au moyen d’un test de dépistage, effectuée à domicile.

Votre enfant souffre-t-il d’apnée du sommeil? Ce test de dépistage pourrait vous fournir la réponse.

L’insomnie

L’insomnie est très fréquente chez les jeunes. Elle touche entre le quart et la moitié des personnes de moins de 18 ans. Ce problème courant se traduit par des nuits plus courtes et souvent moins relaxantes, caractérisées par :

  • de la difficulté à s’endormir – votre enfant ne parvient pas à s’endormir en moins de 30 minutes ;
  • des réveils nocturnes – si votre enfant ronfle bruyamment la nuit et fait des pauses respiratoires, ou si son sommeil nocturne est perturbé et qu’il est fatigué pendant la journée, consultez alors son médecin, car il souffre peut-être d’apnée du sommeil ;
  • un trouble du sommeil à retardement – le plus courant trouble du rythme circadien de sommeil-réveil chez les adolescents et les jeunes adultes, qui survient lorsqu’ils s’endorment tard la nuit et se lèvent tard. C’est normal, mais une mauvaise hygiène du sommeil peut occasionner des problèmes. Pour satisfaire aux exigences sociales, l’adolescent se couchera tard et se lèvera tôt. Le manque de sommeil qui en résulte pourrait contribuer à de mauvais résultats scolaires, à des accidents de la circulation ou à des problèmes de nature relationnelle.

La meilleure façon de composer avec l’insomnie est de privilégier une bonne routine de sommeil, en fonction de l’âge. Encouragez également votre enfant à éviter les siestes pendant la journée, car elles ne lui seront pas bénéfiques à long terme. Il n’y a pas de solution simple, mais si votre enfant souffre d’insomnie continue, vous devriez demander un soutien médical.

Inquiet par la qualité de votre sommeil? Vous avez des problèmes d’attention, de somnolence ou de ronflements? Apprenez-en plus sur les troubles du sommeil.

L'hypersomnolence

L’hypersomnie est un phénomène rare chez les enfants. Il touche parfois les adolescents, qui ont un sommeil nocturne excessif, perturbé et désorganisé et qui ont des phases de somnolence pendant la journée. S’il y a des épisodes graves, inattendus et inévitables d’endormissement pendant la journée, on parle de narcolepsie. Vous devriez consulter un médecin pour un traitement si vous craignez d’être atteint de narcolepsie.

La parasomnie

La parasomnie décrit divers troubles caractérisés par un comportement inhabituel du système nerveux pendant le sommeil. Parmi les formes courantes de parasomnie, mentionnons :

  • Le somnambulisme : ensemble de comportements qu’un enfant développe pendant son sommeil profond, lorsqu’il est partiellement éveillé sans pour autant être conscient de ses actions. Il peut, entre autres, ouvrir les yeux sans voir, marcher dans la maison et même quitter celle-ci. L’enfant n’aura aucun souvenir de l’épisode de sommeil après qu’il se soit réveillé. N’essayez pas de le réveiller, mais plutôt de le protéger pour qu’il ne se blesse pas. Encouragez-le à se calmer et à retourner au lit calmement.

  • Les terreurs nocturnes : elles surviennent lors d’une phase de sommeil profond avec éveil partiel, généralement au début de la nuit. Elles sont plus susceptibles de se produire lorsque l’enfant est surmené. Au cours d’un épisode de terreur nocturne, l’enfant s’agite et manifeste des signes visibles de peur (accélération du rythme cardiaque, détresse, transpiration). Il peut se mettre à crier, ou devenir inconsolable. N’essayez pas de le réveiller brusquement, mais protégez-le pour qu’il ne se blesse pas. S’il se réveille, rassurez-le et calmez-le en utilisant les mêmes techniques que vous le feriez pendant la journée. Encouragez-le tranquillement à respirer profondément, placez-le dans une position confortable, tenez-le pour assurer sa sécurité, etc.

  • Les cauchemars : rêves qui provoquent la peur. Ils surviennent pendant le sommeil paradoxal et réveillent complètement l’enfant, qui s’en souvient le lendemain. Ils peuvent être déclenchés par un événement stressant et se produisent généralement tard dans la nuit. Tout le monde fait des cauchemars de temps en temps.

Comme pour l’insomnie, la meilleure façon de traiter la parasomnie est de faire de votre mieux pour favoriser une bonne routine de sommeil et pour réduire au minimum le stress et les distractions. Obtenez du soutien médical si les symptômes s’avèrent difficiles à gérer ou causent de la détresse.

Diagnostic et traitement

Chaque enfant est différent et a des besoins de sommeil différents. La meilleure chose que vous puissiez faire en tant que parent est d’aider votre enfant à mettre en place et à maintenir une routine, tout en faisant de votre mieux pour que sa vie soit aussi exempte de stress que possible. Si vous vous souciez de problèmes plus graves, l’équipe de Biron est là pour vous aider, avec le soutien du médecin de votre enfant. Nous vous offrons une gamme complète de tests, à domicile et en laboratoire.

Nous pouvons diagnostiquer l’apnée du sommeil ainsi que les autres troubles du sommeil et évaluer les meilleures options de traitement pour votre enfant. Notre équipe de professionnels de la santé formés en soins du sommeil est là pour vous écouter, vous et votre enfant. Elle tient compte de vos besoins et sera présente avant, pendant et après l’examen, pour lui offrir un traitement personnalisé adapté à sa santé et à son mode de vie.

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2715.

Vous avez d'autres questions?

Communiquez avec un agent du service à la clientèle!