Skip to contentSkip to navigation

Comprendre la formule sanguine complète

Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Conseiller scientifique sénior

LA FSC ou formule sanguine complète est une des analyses de laboratoire les plus courantes. Voici quelques informations pour en comprendre la signification.

La FSC peut être prescrite dans le cadre d’une évaluation générale de votre santé ou suite à des symptômes ou signes spécifiques comme la fatigue ou la pâleur, une sensibilité aux infections ou encore une phlébite ou des saignements anormaux.

Le prélèvement pour une FSC se fait dans un tube à bouchon lavande contenant un anticoagulant et ni jeûne, ni autre préparation particulière n’est requise. L’analyse de la FSC se fait, et parfois en trois étapes : une première étape est réalisée sur un analyseur automatisé qui fournit des données de base sur le nombre et le pourcentage sur les trois types de cellules composant le sang : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. Pour tout résultat significativement anormal, une deuxième analyse est réalisée manuellement au microscope par une technologiste médicale. Exceptionnellement, un frottis sanguin permettra à un médecin hématologue de réanalyser les résultats plus difficiles à interpréter.

Les résultats de la FSC s’interprètent en deux temps: le premier temps consiste à examiner séparément les informations relatives à chacun des trois types de cellules. Comme toutes ces cellules sont produites dans la moelle osseuse, selon la situation, dans un deuxième temps, on considérera ensemble les trois groupes de cellules.

Globules rouges

Les lignes de résultats 2 à 6 de votre FSC concernent toutes les globules rouges (GR) également appelées hématies ou érythrocytes.

Nombre : Le nombre de GR est d’abord évalué par l’analyseur automatisé et le résultat rapporté en milliers de milliards (1012) de GR par litre de sang. Les valeurs normales ou valeurs de référence varient selon l’âge et le sexe. Celles apparaissant sur votre rapport sont déjà ajustées selon vos données démographiques. Les hommes présentent typiquement des résultats plus élevés pour les globules rouges, l’hémoglobine et l’hématocrite. Une baisse significative du nombre de GR est généralement un signe d’anémie alors qu’un résultat significativement élevé est signe de polycythémie également appelée polyglobulie.

Hémoglobine / hématocrite

Les résultats suivants d’hémoglobine et d’hématocrite fournissent essentiellement les mêmes informations que celles données par le nombre de globules rouges. L’hémoglobine responsable de la coloration typique des globules rouges est responsable du transport de l’oxygène des poumons jusqu’aux tissus où l’oxygène est essentiel pour permettre le métabolisme, soit l’ensemble des réactions chimiques des cellules produisant de l’énergie à partir des nutriments. L’hémoglobine est également responsable de transporter vers les poumons une partie du CO2 (gaz carbonique) produit par le métabolisme cellulaire. Un faible taux d’hémoglobine sera donc associé à une mauvaise livraison d’oxygène aux tissus et un métabolisme cellulaire ralenti causant les symptômes typiques de l’anémie : pâleur, faiblesse, fatigue, etc. L’hématocrite, pour sa part, indique le volume de sang occupé par les globules rouges. Ce volume est typiquement de 40% (0,40) chez la femme et légèrement plus élevé chez l’homme. À nouveau, un hématocrite en bas de la normale est signe d’anémie alors qu’un hématocrite élevé est souvent signe de polycythémie ou polyglobulie. Les symptômes associés à la polycythémie sont dus en bonne partie à une mauvaise irrigation des tissus par un sang trop épais (céphalées, maux de tête, vertiges, acouphènes (perception de bruits parasites), troubles de la vision, fourmillements aux extrémités des doigts, etc.) alors que le grand nombre de globules rouges sera responsable d’une coloration rouge anormale de la peau et des muqueuses parfois accompagnée de sensation de brulure ou de démangeaison.

VGM / DVE

Le VGM ou volume globulaire moyen et le DVE ou distribution du volume des érythrocytes concernent tous deux la taille des globules rouges. Le volume globulaire moyen est exprimé en femtolitre (10-15L). La mesure du volume des globules rouges fournit des informations diagnostiques précieuses dans les cas d’anémie: les anémies accompagnées de globules rouges anormalement petits (anémie microcytaire) n’ont pas les mêmes causes (le plus souvent une carence en fer) que celles provenant des anémies avec globules rouges de taille élevée (anémie macrocytaire) causées le plus souvent par un manque de vitamine B12. Quant aux anémies avec volume cellulaire normal (anémies normocytaires), elles vont surtout survenir suite à des pertes de sang comme celles causées par des saignements digestifs ou encore suite à la rupture ou hémolyse de nombreux globules rouges suite à des causes congénitales ou encore au développement d’auto-anticorps. Une moëlle osseuse en santé va rapidement combler tout manque de GR en produisant de jeunes globules rouges : ceux-ci sont appelés des réticulocytes et ont une taille plus grande que les globules rouges plus matures. La présence de ces cellules est donc normale et souhaitable en cas d’anémie. La présence de globules rouges de taille différente dans le sang se nomme « anisocytose ». Le DVE ou indice de déviation du volume des globules rouges fournit une idée de la variation du volume des GR. Les résultats sont rapportés en pourcentage de variation et plus le résultat est élevé, plus la variation de taille des GR est importante.

TGMH / CGMH

Le TGMH ou taux globulaire moyen en hémoglobine représente la quantité en picogrammes (10-12g) d’hémoglobine dans chaque globule rouge tandis que le CGMH ou concentration globulaire moyenne d’hémoglobine exprimée en grammes par litre (g/L) représente la concentration moyenne d’hémoglobine par litre de globules rouges. Ces deux derniers indices tiennent compte en partie du nombre de GR, du taux d’hémoglobine et de la taille des cellules. Ces deux données sont étroitement reliées à la coloration des globules rouges et les anémies seront par exemple caractérisées par des GR peu colorés (anémie hypochrome), normalement (anémie normochrome) ou très colorés (anémie hyperchrome). La présence de globules rouges de coloration variée dans un spécimen de sang se nomme « anisochromie ».

On retrouve ces mêmes informations lorsque la FSC est contrôlée au microscope. Les valeurs numériques sont alors remplacées directement par le degré d’anisocytose ou d’anisochromie, les deux exprimés en nombre de « plus », de zéro à ++++.

Globules rouges de forme anormale

Lorsque requis, l’examen du sang au microscope permet d’identifier plusieurs autres anomalies de forme ou de couleur des globules rouges utiles pour poser le bon diagnostic. Votre rapport pourrait donc indiquer la présence de drépanocytes, elliptocytes, codocytes, kératinocytes, etc. Vous trouverez dans notre Glossaire, la définition de chacune de ces formes anormales ainsi que leur origine, parfois génétique, parfois associée à une pathologie particulière.