Skip to contentSkip to navigation

Qu'est-ce qu'un anti-ENA?

Raymond Lepage, PhD
Conseiller scientifique sénior

En quoi consiste ce test?

Ce test est utilisé pour aider au diagnostic, permettre de distinguer et suivre la progression de différentes maladies auto-immunes.

Le tissu conjonctif est présent partout dans notre corps humain. Il est constitué, entre autres de cellules et de fibres rigides comme le collagène, ou élastiques, et son rôle est d’envelopper, de séparer et de protéger les autres tissus corporels. On retrouve donc du tissu conjonctif pour envelopper de gros organes comme le foie ou les reins, dans les articulations, les tendons et ligaments ou encore pour soutenir les petits vaisseaux sanguins comme les artérioles. La peau est particulièrement riche en tissu conjonctif. Les collagénoses (ou connectivites) sont un groupe de maladies affectant ces tissus riches en collagène.

Notre système immunitaire est responsable de nous défendre contre des agressions provenant de cellules et organismes étrangers : bactéries, virus, parasites, cellules transplantées. Souvent, notre système immunitaire se dérègle et confond certains composants de ses propres tissus comme étant d’origine étrangère. La production d’anticorps contre ses propres tissus est à l’origine d’un grand nombre de maladies « auto-immunes ».   En plus des différentes collagénoses déjà mentionnées, l’anémie pernicieuse, le diabète juvénile et certaines maladies de la thyroïde sont également d’origine auto-immune. Dépendant de la (ou des) substance(s) cellulaire(s) impliquée(s), on pourra distinguer les différents types de collagénose comme la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé (LED), le syndrome de Sjögren (ou syndrome sec), la sclérodermie, la polymyosite, la connectivite mixte, etc.

Le terme ENA est l’abréviation anglaise signifiant « antigènes extractibles du noyau des cellules ». Les anticorps anti-ENA sont donc des anticorps dirigés contre des composants qu’on peut extraire des noyaux de cellules des tissus riches en collagène.

Le dosage des anti-ENA comprend le dosage des taux de 7 différents auto-anticorps dont les anti-SM, anti-RNP, anti-SSA, anti-SSB, anti-JO-1, anti-SCL 70 et anti-CENP-B. Chaque anticorps (ou combinaison d’anticorps) est particulier aux différentes collagénoses.

Quand ce test est-il prescrit?

Les anti-ENA sont généralement prescrits suite à l’obtention d’un résultat positif au test des anticorps anti-nucléaires ou ANA. Si le test ANA permet de suggérer la présence d’une atteinte auto-immune, le profil des anti-ENA permet de distinguer les différentes collagénoses parmi un grand nombre de possibilités.

Les symptômes suggestifs d’une collagénose sont variés et peuvent inclure :

  • fièvre et fatigue persistantes
  • douleurs musculaires
  • douleurs ou enflures affectant - certaines articulations
  • éruptions cutanées
  • sensibilité à la lumière ultraviolette (après exposition au soleil)
  • phénomène de Raynaud (doigts qui blanchissent au froid)
  • protéines dans les urines
  • symptômes neurologiques comme des convulsions, de la dépression ou des psychoses
  • nombre abaissé de globules rouges (anémie hémolytique) ou de globules blancs (leucopénie)

Que signifient les résultats?

Le diagnostic des différentes collagénoses repose sur la combinaison des observations cliniques (signes et symptômes) et des tests d’autoanticorps positifs. De façon générale, lorsque les anticorps sont positifs chez un individu montrant les signes et symptômes appropriés, le diagnostic de la collagénose est hautement probable.

Lorsque les anticorps sont négatifs chez un individu présentant les signes et symptômes typiques d’une des collagénoses, cela peut signifier que la production des anticorps est encore trop faible ou que les signes et symptômes sont dus à une autre maladie.

Quelles sont les associations possibles?

Lorsque positifs chez le patient symptomatique, les associations suivantes sont possibles :

Anti-RNP : positifs chez plus de 95 % des individus atteints d’une connectivite mixte. Peuvent également être positifs dans le lupus érythémateux disséminé (LED) et dans la sclérodermie.

Anti-Sm : positifs chez environ 30 % des individus atteints de LED. Leur présence est cependant très spécifique pour cette maladie.

Anti-SSA : positifs chez 75 % des patients atteints du syndrome de Sjögren (syndrome sec). Peuvent également être positifs dans le LED et la sclérodermie.

Anti-SSB : positifs chez 60 % des patients atteints du syndrome de Sjögren (syndrome sec). Peuvent également être positifs dans le LED et la sclérodermie. Accompagnent généralement des anti-SSA positifs.

Anti-SCL 70 : Positifs chez 60 % des individus atteints de sclérodermie. Marqueur très spécifique de cette maladie.

Anti-Jo-1 : Positifs chez 30 % des individus avec polymyosite; peuvent également être positifs dans la fibrose pulmonaire.

Adapté de la version anglaise de Lab Test Online

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 800 463-7674.

Explorez la collection des Paroles de spécialistes chez Biron.