Skip to contentSkip to navigation

Le plasma riche en plaquettes ou comment accélérer la guérison de blessures complexes

Dre Roxanne Labranche
Radiologue

Courir de longues distances, pratiquer son coup droit au tennis, effectuer des tâches répétitives au travail ou subir un accident peut entraîner des blessures articulaires douloureuses et interminables à guérir. Aujourd’hui, les injections de plasma riche en plaquettes (PRP) apportent une nouvelle ressource là où les traitements traditionnels ont échoué. Particulièrement prisé dans le monde du sport, le PRP permet dans la plupart des cas un retour au jeu bien plus rapide qu’espéré.

Un traitement 100 % naturel

Le plasma est un composant naturel du sang particulièrement riche en protéines (immunoglobulines, albumine, fibrinogène…). C’est dans ce liquide doré que baignent les globules rouges, blancs et les plaquettes, essentiels à la cicatrisation des blessures [1].

Le Dr Étienne Cardinal, vice-président aux opérations et à la direction médicale de l’imagerie médicale chez Imagix, partenaire de Biron, explique que les plaquettes contenues dans le plasma sont particulièrement actives dans la guérison d’une blessure. « Elles viennent s’agréger au niveau du saignement et attirent les fibroblastes. Ces cellules spécialisées génèrent à leur tour un tissu cicatriciel qui accélère la guérison », précise-t-il.

La nature fait donc généralement bien son travail, mais il arrive que certaines blessures tendineuses mettent plus de temps à guérir ou deviennent récurrentes, voire chroniques. Dans ces situations, les injections de PRP constituent un moyen de traitement supplémentaire pour espérer un rétablissement complet sans passer par la case opération.

L’infiltration de plasma riche en plaquettes (PRP) consiste à injecter un concentré de plaquettes dans une articulation ou un tendon afin de réparer les tissus et de soulager la douleur.

Une thérapie pour éviter l'intervention chirurgicale

Les traitements conservateurs sont souvent efficaces pour parvenir à une guérison complète. La physiothérapie et les injections de cortisone constituent ainsi les premiers maillons de la chaîne de soins pour faciliter la guérison et soulager la douleur. Par contre, comme la cortisone est un corticostéroïde puissant, le risque d’affaiblir le tissu sur le long terme empêche une utilisation prolongée de ce remède.

Dans certains cas de déchirures tendineuses, musculaires ou de douleurs articulaires comme l’arthrose, la médecine traditionnelle ne fonctionne pas toujours. Ce sont donc dans ces situations que les injections de PRP constituent une option supplémentaire avant d’envisager une opération.

Le traitement par PRP, explique le Dr Cardinal, utilise la capacité naturelle du corps à se régénérer lui-même et s’effectue en 3 étapes : L’injection, faite sous guidage échographique, permet de confirmer et de localiser avec précision la blessure. L’intervention ne dure au total qu’une trentaine de minutes dont une dizaine pour le seul processus de centrifugation.

Un traitement efficace dans près de 70 % des cas

Le processus du PRP génère une concentration de plaquettes 5 à 6 fois supérieure à la production normale du corps. Associée à la précision de l’imagerie médicale, cette concentration augmente les chances de guérison de l’ordre de 70 %.

« L’amélioration de la douleur se situe aux alentours de 50 % et plus. Certaines personnes seront soulagées à 100 % et pour d’autres cela ne fonctionnera pas. Pour celles qui se trouvent entre les deux, on peut envisager la répétition de la procédure afin d’améliorer le résultat »

Dr Étienne Cardinal, M.D. Radiologue
Dr Étienne Cardinal, M.D. Radiologue
Vice-président, Opérations et direction médicale– Imagerie médicale, Imagix et Medvue

Le PRP, très sûr pour les patients

Le Dr Cardinal constate qu’aucune complication propre au PRP n’a été rapportée avec cette méthode, bien qu’il existe toujours des risques mineurs reliés au passage d’une aiguille dans la peau. C’est donc une procédure sécuritaire, même si elle ne met pas à l’abri de ressentir de la douleur durant un certain laps de temps. « Les premiers jours vont être un peu douloureux », prévient le radiologue, « c’est comme une mini opération, mais peu invasive, qui entraîne 2 à 3 semaines de convalescence avec des activités réduites ».

Par la suite, des traitements en physiothérapie et un retour progressif à l’activité, notamment sportive, seront probablement nécessaires.

Dans quelles situations les injections sont-elles préconisées?

Dans bon nombre de cas de blessures, la régénération naturelle du corps permet le retour à une activité normale après quelques jours ou semaines de convalescence. En revanche, lorsque la situation perdure ou crée une forte souffrance, les traitements conventionnels sont à favoriser (prescription d’antidouleurs, d’anti-inflammatoires et physiothérapie).

Si toutes ces méthodes ont échoué, c’est généralement le moment de songer au PRP. Les injections peuvent ainsi s’avérer nécessaires et efficaces dans différents cas de figure comme :

  • Tendinites du coude, du genou ou de l’épaule;
  • Blessures au fascia plantaire ou au tendon d’Achille;
  • Problèmes articulaires;
  • Soulagement de la douleur reliée à l’arthrose;
  • Ménisque usé…

Certaines études suggèrent également un bénéfice potentiel des traitements de PRP sur les blessures ligamentaires, ajoute le spécialiste en imagerie médicale.

En effet, les ligaments et les tendons sont constitués de cordelettes blanches faiblement vascularisées à l’inverse des muscles, par exemple. Les lésions à ces endroits saignent donc peu et les composantes du sang ne peuvent pas effectuer leur travail adéquatement. Le PRP se révèle alors souvent efficace, notamment longtemps après le traumatisme, quand le phénomène de cicatrisation s’essouffle. Dans ces conditions, il apporte bien plus de plaquettes que lors de la réaction à la blessure initiale.

De surcroît, le PRP réenclenche localement les conditions d’une blessure récente. Les cellules souches se multiplient alors pour permettre la réparation des tissus. Ce processus de réparation abondamment réactivé mène fréquemment à la guérison après une à trois injections.

Le PRP, approprié pour les sportifs

La pratique du sport, surtout lorsqu’elle est intensive, augmente le risque de blessures musculosquelettiques [2].

Pour les sportives et sportifs, que ce soit en pratique professionnelle ou amatrice, une opération est souvent synonyme d’indisponibilité et d’éloignement par rapport à une passion durant plusieurs semaines ou mois.

Le traitement par PRP peut alors devenir la solution à envisager pour écourter la durée d’indisponibilité puisqu’il accélère sensiblement la guérison en plus d’éviter toutes les complications possibles reliées à une intervention chirurgicale.

En outre, le PRP, grâce à sa forte concentration en plaquettes, améliore la cicatrisation et permet aux tissus, ligaments ou tendons de retrouver une meilleure élasticité. Les sportives et sportifs peuvent espérer récupérer ainsi la pleine amplitude de leurs mouvements sans être gênés par une mauvaise cicatrisation [3].

Comment bénéficier d’un traitement PRP?

Pour évaluer la possibilité de profiter d’un traitement PRP, il est nécessaire d’obtenir une ordonnance médicale. Par la suite, vous pourrez rencontrer une équipe spécialisée en troubles musculosquelettiques et habilitée à réaliser des échographies pour obtenir un diagnostic précis.

Pour du soutien professionnel, nous sommes là.

Nous offrons des services qui peuvent aider votre médecin à diagnostiquer les blessures musculosquelettiques et à déterminer le traitement approprié.

Vous avez une ordonnance médicale en main pour un de ces tests? Prenez rendez-vous en ligne ou joignez le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2713.

Sources3
  1. Héma-Québec. (s. d.). Qu'est-ce que le plasma? https://www.hema-quebec.qc.ca/plasma/donneur-de-plasma/definition-du-plasma.fr.html
  2. Pelletier J. (2016, 16 août). Blessures sportives fréquentes : de A à C. https://axophysio.com/blessures-sportives-frequentes-de-a-a-c/
  3. Cascua S. (2020, 15 décembre). Plasma riche en plaquettes : une colle biologique pour vos blessures. https://www.docdusport.com/plasma-riche-en-plaquettes-une-colle-biologique-pour-vos-blessures/
Dre Roxanne Labranche
Radiologue